Un scandale officiel : La Liberté de Delacroix pour trois mois à Strasbourg

Didier Rykner

4/9/04 – Décentralisation - Paris, Musée du Louvre - En 1999, La Liberté guidant le peuple, d’Eugène Delacroix, était transportée au Japon pour y être exposée. Événement médiatique et médiatisé, cette mascarade n’avait qu’un but diplomatique et publicitaire. Pourtant (et ce sont deux conservateurs du musée du Louvre dont le chef du département des peintures qui l’écrivent [1] cette œuvre est « réellement fragile ». Nombreux étaient ceux qui, à l’époque, s’étaient inquiétés d’une telle utilisation, sans aucun intérêt scientifique, d’un tableau aussi important.
Cinq ans après, le musée du Louvre récidive. Cette fois, c’est en France, à Strasbourg, que l’œuvre « réellement fragile » est déplacée. Sans plus de justification qu’une décentralisation dévoyée. On imagine les risques inutiles qu’on lui fait courir, on aimerait aussi connaître le coût de cet événement. Relisons les conservateurs, à propos du séjour au pays du soleil levant : « Transportée comme une reine dans un avion affrété spécialement pour elle, à bord duquel elle voyagea seule, emballée dans plusieurs caisses et containers en raison de sa réelle fragilité [2][...]. » Notons que nos deux auteurs n’y sont pour rien : la mauvaise action a été décidée par Jean-Jacques Aillagon (encore lui !) qui a imposé ce déplacement en Alsace [3]. Aillagon est parti, la Liberté partira quand même. Unique consolation : elle seule reviendra.
Ô Liberté ! que de crimes on commet en ton nom !

Sur cette affaire, voir aussi notre Editorial du 22 juin 2003.

Didier Rykner

Notes

[1Arlette Sérullaz (conservateur général du Patrimoine au département des Arts graphiques, directrice du musée Eugène Delacroix) et Vincent Pomarède (conservateur en chef du Patrimoine, chargé du département des Peintures) dans leur petit livre : Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, Editions de la Réunion des Musées Nationaux, Paris, 2004, p. 58.1)

[2C’est nous qui soulignons. Le tableau mesure 2,60 m sur 3,25 m.

[3Nous pensons tout de même que la direction du Louvre aurait dû s’opposer avec un peu plus de force à ce projet Il y a quelques années, les conservateurs du musée de la Reine Sofia à Madrid s’étaient opposés à leur Premier Ministre, à leur Roi, ainsi qu’à François Mitterrand et à Jack Lang, pour empêcher le transport de Guernica à Beaubourg pour une exposition sur L’Art et la Politique. Ils avaient obtenu gain de cause, une tapisserie d’après l’œuvre de Picasso ayant remplacé le tableau.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.