Contenu abonnés

Plusieurs expositions dans des galeries parisiennes

1. Artus Quellin le Jeune (1625-1700)
Une âme sauvée du Purgatoire par un ange, vers 1660-1670
Marbre - 85 x 35 x 15 cm
Paris, Galerie Sismann
Photo : Christophe Fouin
Voir l´image dans sa page

20/4/22 - Marché de l’art - Paris - Le printemps s’accompagne d’un agréable foisonnement d’expositions dans les galeries parisiennes. Nous en avons retenu cinq, assorties de catalogues et courant du XVIIe siècle européen jusqu’à l’Art déco. Pendant que le baroque romain est encore à l’honneur pour quelques jours (voir l’article) au Cabinet Jean Bonna de l’École des beaux-arts, la galerie Sismann propose une conclusion provisoire à son triptyque initié en 2020 avec la sculpture gothique puis continué en 2021 avec la Renaissance. Ces trois belles expositions de sculpture ancienne ont su attirer l’attention des amateurs comme des institutions, sensibles à la qualité des pièces comme à celles des catalogues qui accompagnaient leur présentation. On peut donc y admirer des pièces françaises, italiennes et flamandes dont la plus importante est sans doute ce grand marbre (ill. 1) où l’on reconnaît une âme sauvée du Purgatoire par un ange - une iconographie prisée par la Contre-Réforme catholique - constituant assurément un fragment d’un plus grand groupe aujourd’hui démembré. Comme l’explique la riche notice d’Alain Jacobs, des comparaisons stylistiques ont permis d’attribuer la pièce à Artus II Quellin, important sculpteur anversois du XVIIe siècle dont l’exposition propose aussi une séduisante terre cuite. Le siècle suivant est notamment représenté par un charmant petit bénitier en terre cuite de Laurent Delvaux, dont un modèle en marbre avait été publié par Denis Coekelberghs en 2006 dans nos colonnes (voir l’article).


2. Suiveur de Germain Pilon (1528-1590)
Vierge de Calvaire, vers 1600
ivoire - 34 x 11 cm
Paris, Galerie Sismann
Photo : Christophe Fouin
Voir l´image dans sa page
3. Suiveur de Germain Pilon (1528-1590)
Saint Jean de Calvaire, vers 1600
Ivoire - 22,5 x 5,5 cm
Paris, Galerie Sismann
Photo : Christophe Fouin
Voir l´image dans sa page

Admirons ensuite deux splendides statuettes en ivoire (ill. 2 et 3) sans doute associées naguère à un Christ en croix afin de former un Calvaire, rapprochées de façon convaincante de l’art de Germain Pilon dans leur notice qui les compare notamment à la célébrissime Vierge de douleur aujourd’hui conservée dans l’église Saint-Paul-Saint-Louis de Paris. Ce saint Jean possède de son côté des affinités avec celui de la Mise au Tombeau de Gervais Delabarre, à la cathédrale Saint-Julien du Mans. Déjà vendu, un autre groupe de la Crucifixion en ivoire dérive de son côté d’une composition de Francesco Trevisani dont une réduction fut récemment offerte aux musées de Strasbourg par Jeannine Poitrey et Marie-Claire Ballabio (voir l’article).

4. Paul Delaroche (1797-1856)
Quatre dessins tirés de L’Assassinat du duc de Guise, après 1834
Trois…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.