Nombreuses restaurations à l’église Saint-Sulpice

1 1 commentaire

24/4/22 - Restaurations - Paris, église Saint-Sulpice - Comme nous l’avons déjà écrit à multiples reprises récemment, la restauration des églises parisiennes est l’un des rares domaines où la situation s’améliore un peu ces dernières années et cela commence à se voir à Saint-Sulpice où les services de la Ville dédiés au patrimoine font depuis deux ou trois ans un travail important.
Alors que nous dénoncions en 2016 (voir la brève du 23/11/16), non la restauration de la chapelle peinte par Delacroix, mais l’état et l’abandon des autres chapelles non moins intéressantes de l’édifice, deux de celles-ci ont été récemment restaurées et les travaux viennent de s’achever dans une troisième, celle peinte par Jules-Eugène Lenepveu. Ceci a été fait en lien avec la rétrospective de cet artiste qui se tiendra bientôt - et dont nous parlerons bien sûr - au Musée des Beaux-Arts d’Angers, et la restauration de trois autres sont déjà prévues dans les mois à venir.


1. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Naissance de la Vierge, 1862-1864
(après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Présentation de la Vierge au temple, 1862-1864 (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Commençons avec la plus récente, celle de la chapelle Sainte-Anne, dans le déambulatoire, peinte entre 1862 et 1864 par Jules-Eugène Lenepveu. L’artiste y a peint deux grandes compositions sur chacune des parois, La Naissance de la Vierge (ill. 1) et La Présentation de la Vierge au temple (ill. 2 et 3), et à la voûte quatre prophètes (ill. 4).


3. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Présentation de la Vierge au temple, 1862-1864 (après restauration, détail)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Prophètes, 1862-1864
(après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Les travaux sur les peintures ont été effectués entre août 2021 et mars 2022, par le groupement Méliné Miguirditchian, tandis que le groupement Sabine Cherki a pris en charge le blason sculpté de la voûte qu’il a fallu déposer pour le restaurer, ainsi que l’autel et la clôture. Le financement a été entièrement pris en charge par la COARC pour un montant de 313 000 €TTC.


5. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Naissance de la Vierge, 1862-1864
(avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
6. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Présentation de la Vierge au temple, 1862-1864 (avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Nous avions photographié la chapelle avant les travaux (ill. 5 et 6). Les peintures murales étaient extrêmement sales et quasiment illisibles, mais n’étaient pas réellement dégradées. Leur restauration a donc consisté essentiellement en un nettoyage et la différence entre l’état avant et l’état après se passe de commentaires. Remarquons que même sans éclairage et malgré la luminosité assez réduite de la chapelle, ces grandes compositions aux magnifiques coloris sont désormais parfaitement visibles.


7. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Prophètes, 1862-1864
(avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
8. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
Un des prophètes de la voûte de la chapelle Sainte-Anne (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

La voûte, au contraire, avait souffert de dégât des eaux dans la toiture qui ont été heureusement traités (ill. 7). La restauration ici a été plus importante puisqu’il s’agissait de combler les manques (ill. 8), ce qui a été facilité à la fois par l’utilisation de photographies des années 1980, avant les dégradations, et de dessins préparatoires conservés au Musée des Beaux-Arts d’Angers.


9. Vitrail de la chapelle Sainte-Anne
avant restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
10. Vitrail de la chapelle Sainte-Anne
après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Le vitrail, qui date en partie du XVIIe siècle, a été également restauré (ill. 9 et 10). Quant à la sculpture de Sainte Anne et la Vierge (dont l’auteur est inconnu) elle le sera bientôt. Cette chapelle aura alors retrouvé tout son éclat. Elle témoigne déjà, une fois de plus, de la qualité des décors des églises parisiennes au XIXe siècle.


11. Auguste Clésinger (1814-1883)
Pietà avec Marie-Madeleine, entourée
par deux anges
(avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
12. Auguste Clésinger (1814-1883)
Pietà avec Marie-Madeleine, entourée
par deux anges
(après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

>


En 2021 donc, une chapelle avait été déjà été restaurée : celle des Âmes du purgatoire de François-Joseph Heim, où les travaux avaient commencé en 2020 grâce au budget participatif de 2019 qui a financé le nettoyage de la superbe Pietà avec Marie-Madeleine, entourée par deux anges d’Auguste Clésinger (ill. 11 à 16). Le gendre de George Sand démontre ici toutes ses qualités de sculpteur religieux. Ce groupe, ainsi que l’autel, ont pu être traités pour un montant de 29 000 €TTC, ce qui a incité la COARC à financer la suite, c’est-à-dire le gros morceau que constituaient les parois et la voûte peintes par Heim en 1844, ainsi que le vitrail, pour un montant global de 302 000 €TTC.


13. Auguste Clésinger (1814-1883)
Ange (avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
14. Auguste Clésinger (1814-1883)
Ange (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

15. Auguste Clésinger (1814-1883)
Ange (avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
16. Auguste Clésinger (1814-1883)
Ange (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Là encore, les peintures murales n’étaient pas en trop mauvais état mais fortement encrassées, et la restauration leur a redonné une luminosité naturelle que l’on peut constater avec nos photos prises dans des conditions à peu près identiques à plusieurs années d’intervalle (ill. 17 à 20). La voûte, pour sa part, avait davantage souffert, mais la composition centrale, Jésus et la Vierge Marie intercédant auprès de Dieu en faveur des pêcheurs n’avait presque pas été touchée (ill. 21 et 22). Les travaux ont été confiés au groupement Sabine Cherki pour la Piéta et l’autel, au groupement Emilie Checroun pour les peintures murales et à la société Anne Pinto pour le vitrail.


17. François-Joseph Heim (1787-1875)
La Prière pour les morts obtient la délivrance des Âmes qui souffrent dans
le purgatoire
, 1844 (avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
18. François-Joseph Heim (1787-1875)
La Prière pour les morts obtient la délivrance des Âmes qui souffrent dans
le purgatoire
, 1844 (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

19. François-Joseph Heim (1787-1875)
La Religion exhorte le Chrétien à souffrir en cette vie pour éviter les peines du purgatoire, 1844 (avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
20. François-Joseph Heim (1787-1875)
La Religion exhorte le Chrétien à souffrir en cette vie pour éviter les peines du purgatoire, 1844 (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

21. François-Joseph Heim (1787-1875)
Jésus et la Vierge Marie intercédant auprès de Dieu en faveur des pêcheurs, 1844 (avant restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
22. François-Joseph Heim (1787-1875)
Jésus et la Vierge Marie intercédant auprès de Dieu en faveur des pêcheurs, 1844 (après restauration)
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

À propos de vitraux, notons également la restauration, en 2021, par la même société, de ceux de la chapelle Saint-Vincent-de-Paul (mécénat de la FAPP : 48 000 € TTC) et des chapelles Sainte-Geneviève, Saint-Martin et Saint-Denis (ill. 23) sur un financement de la COARC (108 000 € TTC).


23. Eugène Denis (1828-1878) et Charles Lameire (1832-1910)
Saint Denis
Vitrail
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Deux autres chapelles vont venir ensuite :

- la chapelle Saint-Maurice-Sainte-Jeanne-d’Arc décorée en 1822 par Auguste Vinchon (ill. 24 à 26) avec la technique de la fresque, rare en France et que certains peintres au XIXe siècle ont tenté de ressusciter. Abel de Pujol et Victor Mottez ont réalisé eux aussi, dans cette église, des peintures à fresque, respectivement dans les chapelles Saint-Roch et Saint-Martin.


24. Auguste Vinchon (1789-1855)
Saint Maurice, saint Candide et
saint Exupère refusant de
sacrifier aux faux dieux
, 1822
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
25. Auguste Vinchon (1789-1855)
Saint Maurice et ses compagnons
massacrés par l’armée romaine
, 1822
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Les peintures seront restaurées par le groupement Méliné Miguirditchian, l’autel et la clôture par le groupement Sabine Cherki. Les études préalables et le chiffrage du chantier sont en cours, le détail du financement n’est pas encore arrêté.


26. Auguste Vinchon (1789-1855)
Trois anges apportant des palmes et des couronnes aux martyrs de la légion thébéenne, 1822
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

- la chapelle Saint-Joseph, dont le financement a été voté par le budget participatif 2021. Son décor est de Charles Landelle et date de 1860 (ill. 27 et 28). Outre la saleté, qui n’a rien à envier aux autres chapelle dont nous avons parlé avant qu’elles ne soient restaurées, s’ajoute un mauvais état des parties supérieures où l’on peut constater des pertes de matière, qui ne touchent heureusement pas les figures.


27. Charles Landelle (1821-1908)
Le Songe de saint Joseph, 1860
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
28. Charles Landelle (1821-1908)
La Mort de saint Joseph, 1860
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Quant à la voûte, purement ornementale (ill. 29), malgré des dégradations plus importantes, la reconstitution sera facile. Les mêmes restaurateurs que ceux prévus sur la précédente chapelle interviendront, tandis que la statue de saint Joseph par le sculpteur italien du XVIIIe siècle Giovanni Marchiori [1] (ill. 30) a déjà été restaurée en 2022 grâce au mécénat de la fondation Frédéric de Sainte Opportune pour un montant de 8215 €TTC.


29. Charles Landelle (1821-1908)
Décor de la voûte de la chapelle Saint-Joseph
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
30. Giovanni Marchiori (1696-1778)
Saint Joseph
Marbre
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Puis, le plafond peint par François Lemoyne dans la chapelle de la Vierge (ill. 31) sera restaurée selon des modalités et un financement dont nous parlerons quand tout cela sera précisé.


31. François Lemoyne (1688-1737)
Vierge en gloire, 1731-1732
Paris, église Saint-Sulpice
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Signalons enfin pour conclure ces excellentes nouvelles que le relief très endommagé par un incendie en 2019 (voir la brève du 17/3/19) va être restauré et que les échafaudages sont déjà en place (ill. 32). Il sera intéressant de suivre cette restauration, le feu ayant fait disparaître une partie de la sculpture.


31. Échafaudages mis en place pour la restauration du
bas-relief de Sébastien Antoine et Paul-Ambroise Slodtz
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.