Contenu abonnés

Renaissance d’un Baldung Grien à Strasbourg

1 1 commentaire

21/4/22 - Restauration - Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame - Déjà lourdement frappé par la guerre de 1870, et plus légèrement par les bombardements de 1944, le Musée des Beaux-Arts de Strasbourg eut également à subir un violent incendie accidentel le 13 août 1947 qui détruisit de nombreuses peintures et en endommagea gravement d’autres. Parmi ces dernières, un panneau de Hans Baldung Grien avait été considéré comme irrécupérable. On dispose d’une photographie antérieure au sinistre (ill. 1), et la comparaison - même si la première est en noir et blanc - avec l’état dans lequel il se trouvait en 2019 montre l’étendue des dégâts qui rendait l’œuvre à peu près illisible (ill. 2).


1. Hans Baldung Grien (vers 1484-1545)
La Lapidation de saint Étienne, 1522
(avant l’incendie de 1947)
Huile sur toile marouflée sur panneau - 175 x 148 cm.
Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page
2. Hans Baldung Grien (vers 1484-1545)
La Lapidation de saint Étienne, 1522
(après l’incendie de 1947, en 2019)
Huile sur toile marouflée sur panneau - 175 x 148 cm.
Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame
Photo : Mathieu Bertola
Voir l´image dans sa page

Les techniques de restauration des œuvres brûlées ayant beaucoup progressé, le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) s’est penché sur ce tableau, et après de nombreuses analyses a mené à bien sa restauration, entre 2020 et 2022, qui a réussi à lui rendre une apparence satisfaisante, tout en assurant sa conservation, pour permettre son exposition. Avant l’incendie de 1947, l’œuvre - il s’agit d’une œuvre sur toile marouflée sur panneau dès l’origine - avait déjà beaucoup souffert [1]. Certaines altérations irréversibles étaient déjà présentes et demeurent donc encore aujourd’hui : « déformation du panneau, cloques de la toile ou encore noircissement de la partie haute ». Remarquons néanmoins que la restauration a…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.