L’Albane et le Cavalier d’Arpin du Sénat de retour au Louvre

Didier Rykner
1. Francesco Albani, dit L’Albane (1578-1660)
Allégorie de la Fécondité
Huile sur toile
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page

24/2/10 – Retours de dépôts et accrochages – Paris, Musée du Louvre – De manière un peu ironique, nous nous interrogions (voir brève du 28/5/09) sur le retour de dépôt d’un tableau de Jean-Baptiste Oudry conservé au ministère des Affaires Etrangères en suggérant qu’il s’agissait d’une réaction à notre article sur « le musée caché de la République ». Or, il semble bien qu’il s’agissait effectivement d’une coïncidence.
En revanche, la restitution au Louvre par le Sénat de deux tableaux, la Présentation de la Vierge au Temple du Cavalier d’Arpin, qui y était déposé depuis 1925 et, surtout, de L’Allégorie de la Fécondité de l’Albane (ill. 1), depuis 1853 au Palais du Luxembourg et que le Louvre avait plusieurs fois tenté en vain de récupérer, n’est aucunement le fruit du hasard. Elle est la conséquence directe de la publication de notre enquête et de sa reprise, notamment par Libération et par Le Canard Enchaîné. Le Cavalier d’Arpin est désormais accroché dans la grande Galerie [1] (ill. 2) tandis que l’Albane est parti en restauration.
Il reste à souhaiter que le Sénat poursuive dans cette voie et soit imité par les nombreuses institutions qui conservent encore, de manière tout à fait irrégulière, des œuvres importantes appartenant aux musées nationaux.


2. En haut à droite
Giuseppe Cesari,
dit le Cavalier d’Arpin (1560/68-1640)
Présentation de la Vierge au Temple
Huile sur toile
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
3. A gauche, Maître des Cortèges
Le Christ couronné d’épines
Huile sur cuivre - 46 x 35 cm
A droite, Jacques Stella (1596-1657)
Le Christ en croix avec la Madeleine
Huile sur cuivre - 33,4 x 24 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

4. Jean Clouet (1480-1541)
François Ier en saint Jean-Baptiste, 1518
Huile sur panneau - 96,5 x 79 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Outre la découverte du retable du Cavalier d’Arpin, le visiteur du Louvre pourra également voir aux cimaises du musée plusieurs acquisitions faites ces dernières années mais qui n’avaient pas encore été présentées au public dans la collection permanente. C’est ainsi que salle 29 au deuxième étage, non loin du Le Nain offert par Axa (voir brève du 29/5/09), ont été accrochés (ill. 3) deux petits cuivres, le Christ couronné d’épines du Maître aux Cortèges, un artiste anonyme proche des Le Nain [2] et le Christ en croix avec la Madeleine de Jacques Stella (voir brève du 11/1/08) que l’on avait pu voir dans la rétrospective lyonnaise (voir l’article). Signalons par parenthèse que, pour la première fois depuis bien longtemps, l’ensemble des six Georges de La Tour est exposé (voir l’article du 6/5/09).
Un peu plus loin, dans la section dédiée à la peinture française du XVIe siècle, ce sont le François Ier en saint Jean-Baptiste offert par Guy et Alec Wildenstein (ill. 4 ; voir brève du 29/11/05) et le Vertumne et Pomone de la seconde école de Fontainebleau acquis à Lyon (ill. 5 ; voir brève du 2/6/07) qui sont maintenant offerts aux yeux des amateurs.


5. Seconde école
de Fontainebleau
fin XVIe - début
XVIIe siècle
Vertumne et Pomone
Huile sur toile - 107 x 88 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
6. Jan de Beer (documenté à Anvers entre 1490 et 1519)
L’Empereur Héraclius décapite Chosroès, roi des Perses-
Huile sur panneau - 24 x 42,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Enfin, l’exposition « le tableau du mois » est dédié à un don, en 2009, des Amis du Louvre, dont nous n’avions pas encore parlé : un petit tableau du flamand Jan de Beer (ill. 6).

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.