Contenu abonnés

Une esquisse de François Gérard pour le Musée Girodet

25/3/22 - Acquisition - Montargis, Musée Girodet - François Gérard était un ami proche de Girodet-Trioson, et l’esquisse (ill. 1) est celle d’un tableau conservé à Marseille. L’œuvre aurait pu donc être acquise par l’un des deux musées, et c’est finalement celui de Montargis qui l’a acheté en 2021 auprès de la galerie La Nouvelle Athènes.


1. François Gérard (1770-1837)
Monseigneur de Belsunce pendant la peste, vers 1824-1825
Encre et huile sur papier marouflée sur toile - 38,5 x 30 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page

La peste de 1720 à Marseille fut un drame qui marqua durablement la ville : près de la moitié de la population en mourut, et plus d’un quart de celle de la Provence. Les représentations contemporaines de cette épidémie sont nombreuses et celle de Michel Serres conservé au Musée Atger de Montpellier en est l’une des plus frappantes. Jacques-Louis David peignit également, pour le lazaret de Marseille, une toile représentant Saint Roch intercédant auprès de la Vierge pour les pestiférés, conservé au Musée des Beaux-Arts de la ville.


2. François Gérard (1770-1837)
Monseigneur Belsunce pendant la peste de Marseille, 1834
Huile sur toile - 258 x 191 cm
Marseille, Musée des Beaux-Arts
Photo : Wikimedia (Domaine public)
Voir l´image dans sa page

Ce musée peut également montrer l’œuvre que François Gérard peignit en commémoration de cet épisode tragique (ill. 2), mais cette fois d’une manière plus réaliste que David, en figurant Monseigneur de Belsunce, évêque de Marseille depuis 1709, qui impressionna par son attitude courageuse pendant l’épidémie, réconfortant les malades et priant pour la fin du fléau, rappelant ainsi la figure de Saint Charles Borromée lors de la peste à Milan en 1576-1578.
Gérard exécuta ce tableau de sa propre initiative, sans commande, pour l’offrir à la ville. On y voit, sur le port (la proue d’un navire occupe la partie gauche, en haut…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.