Un Mattia Preti pour la Fondation Bemberg

Didier Rykner

1/5/19 - Acquisition - Toulouse, Fondation Bemberg - La Fondation Bemberg poursuit sans relâche une politique d’acquisition particulièrement pertinente de tableaux du XVIIe siècle par les meilleurs maîtres européens. C’est ainsi qu’après les achats récents de deux Tournier (voir la brève du 27/11/15), d’un Zurbarán (voir la brève du 27/3/18) et d’un Pietro Paolini (voir la brève du 17/5/18), elle a pu acheter, lors d’une vente aux enchères samedi dernier 27 avril, à Carcassonne, une toile importante de Mattia Preti représentant un saint Sébastien (ill. 1), pour la somme de 460 000 € (sans les frais). L’œuvre n’était estimée que 80 000 €, un prix que tous les spécialistes s’accordaient à trouver très bas.


1. Mattia Preti (1613-1699)
Saint Sébastien, vers 1652-1653
Huile sur toile - 127 x 101 cm
Toulouse, Fondation Bemberg
Photo : Fondation Bemberg
Voir l´image dans sa page

Le thème de saint Sébastien est fréquent dans l’œuvre de Preti qui l’a peint dans des attitudes variées. On en voyait d’ailleurs un autre bel exemple lors de la dernière Tefaf sur le stand de la galerie londonienne Lullio.Pampoulides. Dans le tableau acquis par la fondation, le saint est presque de face, les bras attachés devant lui à un arbre, le flanc percé d’une seule flèche, tandis qu’une seconde s’est fichée dans le tronc, et les yeux levés au ciel. Dans un autre célèbre tableau conservé au Museo di Capodimonte à Naples, le saint est assis, appuyé contre l’arbre. La dernière toile connue de Preti est d’ailleurs également un Saint Sébastien, peint en 1694, cinq ans avant sa mort. On sait que le martyre ne succomba pas à la sagittation mais qu’il fut soigné par Irène, et qu’il ne mourut qu’un peu plus tard, battu à mort et jeté dans le Cloaca Maxima, l’égout de Rome.


2. Mattia Preti (1613-1699)
Saint Luc
Fresque
Modène, San Biagio
Photo : Fototeca Zeri
Voir l´image dans sa page

L’œuvre est datée par John T. Spike des années 1650-52, soit la fin de la période romaine de Preti, avant qu’il ne retourne à Naples en 1653. Il compare le canon du saint aux évangélistes peints aux écoinçons de la coupole de San Biagio de Modène (ill. 2) à la même période.
Le tableau sera visible à la Fondation Bemberg à partir du 26 juin.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.