Trois des tableaux volés à l’église Saint-Jacques de Dieppe ont été retrouvés

24/11/19 - Vol d’œuvres d’art - Dieppe, église Saint-Jacques - Il y a deux ans, huit tableaux avaient été dérobés dans l’église Saint-Jacques de Dieppe, un vol difficile à comprendre tant les œuvres, intéressantes pour les historiens d’art ou l’histoire locale, étaient dépourvus ou presque de valeur vénale. Plusieurs d’entre elles n’avaient pas été photographiées dans les bases de données, mais nous avions réussi grâce à des lecteurs à obtenir des reproductions de toutes les peintures (voir la brève du 9/11/17), à l’exception d’une croûte moderne, manifestement sans aucun intérêt.

Trois tableaux viennent d’être retrouvés, rendus par un particulier souhaitant rester anonyme, qui affirme ne pas avoir de responsabilité dans le vol et les avoir récupérés fortuitement.
Il s’agit des numéros 1, 2 et 4 de notre premier article, c’est-à-dire :


1. Augusta Lebaron (1804- ?)
Vierge des Naufragés (?) ou Sainte Thècle (?)
Huile sur toile
Dieppe, église Saint-Jacques
Photo : Geoffroy de la Tousche
Voir l´image dans sa page

- La Vierge des Naufragés (ill. 1), qui est peut-être une Sainte Thècle par Augusta Lebaron, artiste originaire de Dieppe,

- L’Annonciation, par Jean-Guillaume Drouet (ill. 2), également un peintre dieppois,


2. Jean-Guillaume Drouet (1764-1836)
Annonciation
Huile sur toile
Dieppe, église Saint-Jacques
Photo : Geoffroy de la Tousche
Voir l´image dans sa page
3. Anselma (?- ?)
Saint Vincent-de-Paul soignant un malade, 1872
Dieppe, église Saint-Jacques
Photo : Jean-Claude Martin
Voir l´image dans sa page

- Saint Vincent de Paul soignant un malade (ill. 3), tableau daté de 1872 et signé par un peintre signant Anselma, dont on ne connaît rien d’autre.

Sur photo, la plus belle toile est incontestablement celle d’Augusta Lebaron, peintre qui ne semble pas plus connue que les deux autres. Parmi celles qui restent à retrouver, la plus intéressante reste incontestablement - nous parlons toujours d’après photo - l’Ex-voto du naufrage de L’Automne, par Auguste Jugelet, un élève du peintre de marine Théodore Gudin - dont l’influence est ici évidente.

Il s’agit donc d’une excellente nouvelle, qui ne doit cependant pas faire oublier le mauvais état des églises de Dieppe, Saint-Rémy et Saint-Jacques. Dans l’église Saint-Rémy, si la chapelle axiale a été remarquablement restaurée ces dernières années, une grande partie du déambulatoire est interdite au public et très dégradé. L’église Saint-Jacques, qui va retrouver trois de ses tableaux, a néanmoins bénéficié cette année de la restauration de la croisée du transept et du lanternon qui la surplombe. Cela ne constitue néanmoins qu’une goutte d’eau dans les besoins de restauration de ces édifices.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.