Contenu abonnés

Murat par Canova, une sculpture « sans intérêt majeur pour le patrimoine national »...

Didier Rykner 21 21 commentaires
Antonio Canova (1757-1822)
Buste de Joachim Murat, 1813
Marbre - 50 x 66 cm
Vente Christie’s Paris du 28/11/17
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Les scandales liés aux trésors nationaux se suivent et, hélas, se ressemblent. C’est le patrimoine français qu’on abandonne et que le ministère de la Culture, avec la complicité du Louvre, laisse délibérément sortir de France sans rien tenter pour le retenir. On sait que la loi oblige les personnes envisageant l’exportation hors de France d’œuvres dépassant un certain prix à demander au ministère de la Culture un certificat de libre circulation. Ces demandes sont examinées par les grands départements, c’est-à-dire par certains conservateurs, qui dépendent du type d’objet. Pour les peintures, le chef du grand département est Sébastien Allard, pour les sculptures, il s’agit de Sophie Jugie, et pour les dessins de Xavier Salmon...

L’œuvre dont il est question ici est une sculpture, le buste de Joachim Murat par Canova, qui sera vendu par Christie’s Paris le 28 novembre prochain. C’est donc Sophie Jugie qui est responsable d’avoir accordé le certificat d’exportation. La réalité est évidemment beaucoup plus complexe. Nous avons contacté la directrice du département des sculptures. Voici ses explications, validées par le Louvre : « Le département des sculptures a effectivement demandé au service des musées de France que le certificat ne soit pas accordé, mais le Louvre devait donner la priorité à l’instruction des dossiers plus anciens : le bronze de Michel Anguier qui a été acquis ou encore le livre de François Ier qui est en cours d’acquisition. »

Or, selon la loi, le Louvre en tant que musée et donc son président n’ont normalement aucun rôle à jouer dans l’accord ou le refus des certificats d’exportations, même s’il ne s’était pas privé de le faire par exemple pour les Rembrandt Rothschild (voir les articles). Mettre cela en compétition avec d’autres acquisitions est absolument anormal, d’autant que le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.