La Mort de la Vierge de Carlo Saraceni offerte au Metropolitan Museum

4/2/20 - Acquisition - New York, The Metropolitan Museum - Les anniversaires des musées américains sont l’occasion pour ceux-ci de recevoir encore plus de dons que d’habitude. C’est ainsi que 2020 promet d’être riche sur ce plan pour le Metropolitan Museum qui avait déjà reçu à la fin de l’année dernière, en anticipation de son cent-cinquantième anniversaire, plusieurs tableaux de Dahl, Balke et Carus (voir la brève du 24/12/19) et une toile de Giacomo Ceruti (voir la brève du 22/1/20).


1. Carlo Saraceni (1579-1620)
La Dormition de la Vierge, vers 1612
Huile sur toile - 305,1 x 231,1 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art/Domaine public
Voir l´image dans sa page

C’est un tableau d’autel (plus de trois mètres de haut !) de Carlo Saraceni, La Dormition de la Vierge (ill. 1), qui a été offert, toujours en 2019, au musée new yorkais par Richard L. Feigen, en l’honneur de Max Hollein (le directeur du Metropolitan) et en célébration de cet anniversaire. Il était déposé depuis 2003 au musée, mais n’est pas exposé actuellement en raison de la réfection de la verrière dans une partie des salles de peinture ancienne.
L’œuvre est d’une très grande importance pour l’histoire de l’art italien. Il s’agit en effet du tableau qui avait été commandé à Carlo Saraceni pour remplacer la toile de même sujet de Caravage pour une chapelle de Santa Maria della Scala in Trastevere à Rome (ill. 2). Le retable de Caravage, après avoir été exposé peu de temps, fut en effet finalement refusé par les moines et vendu par l’intermédiaire de Rubens au duc de Mantoue. Il se trouve aujourd’hui au Louvre.


2. Michelangelo Merisi dit le Caravage (1571-1610)
La Mort de la Vierge, 1601-1605/6
Huile sur toile - 369 x 245 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Wikipedia/Domaine public
Voir l´image dans sa page
3. Carlo Saraceni (1579-1620)
La Dormition de la Vierge
Huile sur toile - 459 x 273 cm
Rome, chiesa Santa Maria della Scala
Photo : Wikipedia/Domaine public
Voir l´image dans sa page

Alors qu’il avait été choisi peu de temps après cette vente, en 1607, pour peindre un retable de même sujet, la même mésaventure arriva à Saraceni : l’œuvre fut refusée et il dut en peindre une seconde version qui est toujours conservée aujourd’hui dans l’église (ill. 3). C’est donc ce tableau refusé qui fait désormais définitivement partie des collections du Metropolitan Museum. D’après la notice très complète qu’il lui consacre sur son site, le refus est dû à la représentation de la Vierge, que l’artiste avait peinte initialement morte, la tête baissée et les yeux fermés. S’il retravailla son tableau - on voit ici la Vierge les yeux ouverts et regardant vers le haut - cette modification ne suffit pas aux religieux qui demandèrent une nouvelle toile, agrémentée cette fois de nombreux anges musiciens s’apprêtant à recevoir la Vierge au ciel.


4. Carlo Saraceni (1579-1620)
La Dormition de la Vierge
Huile sur cuivre - 96,5 x 61,5 cm
Venise, Galleria dell’Accademia
Photo : Galleria dell’Accademia
Voir l´image dans sa page
5. Carlo Saraceni (1579-1620)
La Dormition de la Vierge
Huile sur cuivre - 45,6 x 28 cm
Munich, Alte Pinakothek
Photo : Alte Pinakothek
Voir l´image dans sa page

Plusieurs petites versions de cette composition, peintes sur cuivre par Saraceni, sont connues où la Vierge est dans l’attitude qu’il avait représentée au départ, c’est-à-dire morte et sans les anges musiciens. Nous reproduisons ici la version de l’Accademia de Venise, et celle de l’Alte Pinakothek de Munich. On imagine, si cette simple vision de la Vierge morte dans une attitude pourtant très digne ne trouvait pas grâce aux yeux des moines, à quel point celle très réaliste de Caravage avait pu les choquer. Rappelons que le mot dormition qui s’applique essentiellement à la Vierge (et aux saints qui ne sont pas martyrisés) a pour signification une mort paisible. Le titre du tableau de Caravage du Louvre est traditionnellement : La Mort de la Vierge, tandis que le Metropolitan Museum utilise pour Saraceni celui de Dormition de la Vierge, ce qui finalement correspond bien aux différences entre les deux peintures.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.