La collection Jacques Malatier en vente à Drouot au profit d’une fondation

Didier Rykner

8/10/18 - Marché de l’art - Paris - C’est une des plus belles ventes de ce début de saison que propose les maisons de vente SGL Enchères et Ader Nordmann à Drouot mercredi 10 octobre à 13 h 30, et l’exposition a lieu aujourd’hui et demain mardi en salles 5 & 6 à l’hôtel Drouot.


1. Charles Natoire (1700-1777)
La Pêche
Huile sur toile - 89 x 94 cm
Vente SGL Enchères-Ader Nordmann, Hôtel Drouot, 10/10/18
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page
2. François-André Vincent (1746-1816)
Les Pèlerins d’Emmaüs
Huile sur toile - 46 x 63 cm
Vente SGL Enchères-Ader Nordmann, Hôtel Drouot, 10/10/18
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page

Il s’agit de la collection du banquier Jacques Malatier (1926-2017), qui comprend à la fois des dessins, des tableaux anciens, des objets et du mobilier. S’il n’y a aucune œuvre à plusieurs millions d’euros, tout est remarquablement choisi, et d’un goût absolument exquis. Mieux encore : la vente est faite au profit d’une fondation qui sera abritée par la Fondation de France et qui aura pour vocation de financer la restauration et l’aménagement immobilier ou mobilier du château de Versailles et du château de Chambord, de fournir des bourses à des étudiants français et d’aider à financer des publications savantes en matière d’art, d’histoire et de sciences, en partenariat avec le C.N.R.S. et la Caisse Nationale des Lettres.


3. Henri Taurel (1843-1927)
Maternité
Huile sur toile - 63 x 79 cm
Vente SGL Enchères-Ader Nordmann, Hôtel Drouot, 10/10/18
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page

Parmi les tableaux, on notera d’abord La Pêche, de Charles Natoire (ill. 1), que tout le monde semble s’accorder à identifier avec la version de cette composition qui ornait un des dessus-de-porte de la petite salle à manger du roi à Fontainebleau, ainsi qu’une œuvre de jeunesse de François-André Vincent représentant Les Pèlerins d’Emmaüs (ill. 2). On remarquera également une très belle peinture intitulée Maternité par Henri Taurel (ill. 3), artiste rare qui n’a que peu exposé au Salon et dont les œuvres restées dans sa famille ont été dispersées en 1982. On admirera cette composition dans un profil parfait qui n’est pas sans évoquer le célèbre portrait de la mère de Whistler dont il s’est peut-être inspiré. L’estimation est très basse : 2 500 à 3 000 €, pour un vrai tableau, digne du Musée d’Orsay.


4. Manufacture Impériale de Sèvres
Grand seau à laver les pieds
Porcelaine dure - H. 35,5 cm, D. 49,5 cm
Vente SGL Enchères-Ader Nordmann, Hôtel Drouot, 10/10/18
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page
5. France, XIXe siècle
Projet de fontaine
Terre cuite - 33,5 x 16,5 cm
Vente SGL Enchères-Ader Nordmann, Hôtel Drouot, 10/10/18
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page

Parmi les objets, on remarquera surtout un grand seau à laver les pieds en porcelaine dure de Sèvres (ill. 4), cadeau de Napoléon Ier en décembre 1806 au Grand Duc Charles II de Bade. Les archives de la manufacture de Sèvres conserve deux dessins anonymes pour la frise représentée. Celle-ci est très étonnante car on pourrait presque jurer qu’il s’agit d’une décoration Art nouveau. Un autre seau, de même couleur bleu et or et d’une forme comparable datant de vingt ans plus tôt, est conservé au Louvre. L’estimation de 20 000 à 30 000 euros semble très raisonnable. On pourra d’ailleurs, dans cette vente se faire plaisir avec des objets dont les estimations sont fort basses (même si les prix d’adjudication pourront être plus élevés). Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple, une maquette en terre cuite de fontaine du XIXe siècle (ill. 5) pourrait être adjugée autour de 1500 €. Il s’agit d’une sculpture de grande qualité.

Publicité Annonce Fécamp octobre 2018

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.