Contenu abonnés

La collection Al Thani à Fontainebleau... et à l’hôtel de la Marine ?

Bénédicte Bonnet Saint-Georges
1. Vue de l’exposition
Salle de Bal du château de Fontainebleau
Photo : The Al Thani Collection / Alexandre Halbardier
Voir l´image dans sa page

10/9/18 - Exposition - Fontainebleau, Musée national du château - Ramsès II et Marie-Françoise de Savoie sont réunis au château de Fontainebleau, dans un parcours qui commence par un buste en granit du pharaon et se termine par un diadème en diamants offert à la princesse pour son mariage en 1939. Il n’est pas facile d’organiser une exposition à partir d’œuvres issues d’une seule collection privée (à moins que le sujet ne soit la collection elle-même). Celle que propose le Château de Fontainebleau, pendant un mois, sur le thème de la figure royale à travers les siècles et les civilisations, est avant tout un prétexte pour montrer, en lui donnant une certaine cohérence, un florilège de la collection Al Thani (ill. 1). Soixante-trois objets ont été choisis parmi les quelque 6000 pièces possédées par la famille royale du Qatar. On avait déjà eu un aperçu des bijoux conservés par la fondation familiale à l’occasion d’une exposition au Grand Palais en 2017 [1].
Il est envisagé de présenter cette collection de manière beaucoup plus pérenne dans un lieu prestigieux de Paris, comme le révélait Le Monde dans un article du 7 septembre 2018 : moyennant 20 millions d’euros, les œuvres de la collection Al Thani pourraient être montrées par roulement et pendant vingt ans, à l’Hôtel de la Marine. Le Centre des Monuments nationaux a confirmé indirectement cette information en annonçant dans un courriel laconique qu’étant en discussion pour un partenariat avec la Fondation Collection Al Thani, il ne souhaite pas communiquer pendant cette phase de négociation.
Certains se sont émus d’un tel projet. Il n’y a pourtant rien de choquant dans cette démarche a priori : puisque le CMN cherche des financements pour l’Hôtel de la Marine (voir les articles), mieux vaut présenter les œuvres d’une collection privée prestigieuse, moyennant…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.