Anne Hidalgo trouve de l’argent, mais pas pour le patrimoine parisien


JPEG - 85.9 ko
Anne Hidalgo présentant son opération « budget participatif »
à Paris, place de la République, le 2 juillet 2014
Photo : Didier Rykner

2/7/14 - Patrimoine - Paris - La mairie de Paris, dans sa grande largesse, a décidé de mettre en œuvre ce qu’elle appelle sans rire un « plan église » alors que cela ne consiste qu’à poursuivre la politique désastreuse d’abandon du patrimoine historique parisien menée par son prédécesseur (80 millions d’euros prévus sur toute la mandature). Rappelons que les associations estiment de manière raisonnable les besoins pour sauver ce patrimoine à 500 millions d’euros sur quinze ans (soit 33,3 millions par an).

Parallèlement à cette situation calamiteuse, la maire de Paris, Anne Hidalgo, vient de lancer la mise en place d’un « budget participatif ». Une opération d’une démagogie absolue qui consiste à demander aux Parisiens quels projets ils souhaitent voir financer lors de la mandature. Ceux-ci bénéficieront de 71 millions d’euros par an, soit 426 millions d’euros sur six ans.
La Mairie de Paris, qui n’a pas d’argent pour entretenir et restaurer son patrimoine, propose donc de consacrer plus du double de la somme nécessaire pour des actions non essentielles puisque manifestement facultatives.



Hidalgo et le budget participatif par latribunedelart


Nous avons voulu poser cette question à la maire lors de son meeting de présentation (sur la place de la République, à la place d’un des squares détruits...). On admirera la démocratie façon Hidalgo : après nous avoir donné le micro que nous réclamions, l’employé de la Ville de Paris, au bout de quelques minutes, voyant la caméra ou peut-être ayant été averti de notre identité, essaya en vain de nous arracher ce même micro des mains (cela explique le mouvement de caméra un peu brusque au début de la vidéo). Nous avons donc finalement posé notre question qui fâche, et dans ces circonstances la maire a bien dû nous répondre, ce qui est une première1.

Bien entendu, cette réponse n’est aucunement satisfaisante. Elle se réfugie derrière ses 80 millions d’euros. Elle nous informe que les autorités religieuses ne sont pas inquiètes sur le sort des églises (ce sont bien les seuls) et elle ose affirmer que « tout va bien » ! Un tel déni de la réalité est simplement ahurissant. Nous renvoyons le lecteur à nos articles consacrés à Notre-Dame-de-Lorette, à Saint-Merri, à Saint-Augustin, à Saint-Philippe-du-Roule et à tous ceux à venir sur les autres églises parisiennes pour constater ce que « tout va bien » veut dire pour Anne Hidalgo.


Didier Rykner, mercredi 2 juillet 2014


Notes

1Voir notre précédente vidéo : « Anne Hidalgo ne répond pas aux questions qui fâchent ».





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Achats et dons d’œuvres du XIXe siècle au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Article suivant dans Brèves : Un dessin de Vincent acquis par le Nationalmuseum de Stockholm