Anne Hidalgo et Bertrand Delanoë inaugurent une place de la République vandalisée


JPEG - 192.6 ko
1. Le « Miroir d’Eau »
Place de la République, Paris
16/6/13
Photo : Didier Rykner

Tout le monde a déjà vu, après de fortes pluies, une bouche d’évacuation déborder sur un trottoir et l’eau se répandre sur celui-ci. Ils assistaient, sans le savoir, à la naissance d’un « miroir d’eau » temporaire. C’est en effet ainsi que Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo (mais aussi les architectes - TVK - qu’il ne faut pas oublier dans cette affaire) qualifient ce qui a remplacé (ill. 1), à l’ouest de la place de la République, l’aménagement du XIXe siècle, c’est-à-dire la belle fontaine sculptée et ses grilles que la mairie avait laissé à l’abandon pour justifier sa destruction. À l’est de la place, rien, absolument rien n’a remplacé la seconde fontaine (ill. 2). Les deux squares ont disparu avec les fontaines, la place de la République est désormais totalement minérale à l’exception des arbres dont certains, qui n’étaient pourtant pas malades, ont été remplacés.

JPEG - 223.9 ko
3. Place de la République, côté est
État actuel
Photo : Didier Rykner

Le groupe sculpté central n’a pas échappé au vandalisme (ill. 3). Certes, la mairie de Paris n’a pas osé s’attaquer à la sculpture elle-même. Mais pendant que les fontaines étaient détruites, un bassin circulaire ridicule s’est désormais substitué aux marches qui faisaient partie du monument. De même, les beaux candélabres en fonte sculptée qui l’entouraient ont également disparu (ill. 4). Pour quelle raison ? Rien n’empêchait de rendre davantage piétonne cette place - un objectif que nous ne contestons pas - sans l’appauvrir à ce point. Le groupe sculpté est désormais bien isolé, aseptisé, seul élément restant du XIXe siècle... On lit dans le dossier de presse que « les candélabres historiques ont été rénovés et tous réimplantés ». Les photos prouvent en tout cas qu’ils n’ont pas été remis à leur emplacement initial...


JPEG - 121.3 ko
3. Léopold Morice (1846-1919)
Charles Morice (1848-1908)
Monument à la gloire de la République
Place de la République, Paris
État actuel
Photo : Jebulon/Creative Commons
JPEG - 103.2 ko
4. Léopold Morice (1846-1919)
Charles Morice (1848-1908)
Monument à la gloire de la République
Place de la République, Paris
(avant les travaux récents)
Photo : Jebulon/Creative Commons

JPEG - 240.9 ko
5. Café pavillon « Monde et Médias » (sic)
© TVK architectes-urbanistes

Pendant que l’on détruisait, on construisait aussi puisqu’un café intitulé « Monde et Médias » a été édifié à l’ouest de la place. A-t-on déjà également honte de ce bâtiment dont on constate sur des dessins d’architecte (ill. 5) à quel point il se marie mal avec son environnement et avec le groupe sculpté, et combien il empiète sur l’espace de la place ? Toujours est-il qu’il est resté caché sous des bâches vantant le projet et la Mairie de Paris.
La manière dont l’agence a traité la piétonnisation - couleur du sol, escaliers faisant la transition avec le cœur de la place - est la seule partie assez réussie de ce projet, mais cela ne peut aucunement faire oublier le vandalisme municipal qui s’est abattu sur ce lieu. Quant au budget consacré à cette opération, il témoigne une fois de plus des priorités de cette municipalité : 24 millions d’euros selon le dossier de presse ! Un projet plus modeste, où les éléments historiques auraient été conservés tout en permettant la piétonnisation aurait coûté beaucoup moins cher. Pendant ce temps, les églises de Paris tombent en morceau.

Faute de pouvoir approcher Bertrand Delanoë qui a rapidement disparu, nous avons tenté de demander à Anne Hidalgo où étaient passées les fontaines du XIXe siècle dont on nous dit qu’elles seront un jour réutilisées. Si Patrick Bloche, le maire du XIe arrondissement, a courtoisement répondu à notre question (même si nous ne croyons pas une seconde au retour d’au moins une des fontaines qu’il nous annonce1), Anne Hidalgo n’a eu de cesse de se défiler. La candidate à la Mairie de Paris a-t-elle peur de répondre aux questions dérangeantes ? A-t-elle honte de son action ? La vidéo ci-dessous est éloquente...

Le plus triste dans cette affaire, c’est que de nombreux Parisiens qui ne pouvaient plus se promener sur la place de la République, celle-ci n’étant jamais nettoyée et étant devenue infréquentable pour les familles, livrée aux trafics de toute nature, trouveront qu’il s’agit d’une grande réussite. La tactique de la Mairie de Paris est très astucieuse : on laisse se dégrader l’endroit, puis on vandalise discrètement. Qui n’applaudirait pas à une place de la République « plus grande place piétonnière de Paris » ? Anne Hidalgo annonce vouloir s’attaquer demain, si elle est élue, à la place de la Nation et à celle de la Bastille. Épargnons-nous ça !

Vous pouvez regarder le film plus complet, où l’on voit notamment le Miroir d’Eau et la réponse de Patrick Bloche, maire du XIe arrondissement. Ou vous contentez de savourer la partie où celle qui sera peut-être Maire de Paris demain se défile devant une question qui la gêne...



Inauguration de la place de la République... par latribunedelart





Anne Hidalgo ne répond pas aux questions qui...par http://www.dailymotion.com/latribunedelart"



Didier Rykner, dimanche 16 juin 2013


Notes

1Addendum du 17 juin : précisons, ce qui n’est pas clair dans notre texte, que seuls subsistent les dauphins sculptés en bronze. Les fontaines ont été entièrement démolies comme on le voit dans notre film.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Saint-Martin d’Arc-sur-Tille, l’église miraculée

Article suivant dans Patrimoine : Une cloche dérobée à l’église Saint-Jacques d’Abbeville en vente à Drouot