1,7 milliards d’euros pour le patrimoine ? Non, pour le football ! Contenu abonnés


JPEG - 151.6 ko
Vestiges de l’Hôtel de Torpanne, XVIe siècle
Etat actuel
Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Combien de fois avons-nous entendu, lorsque nous nous plaignons de l’état de dégradation d’un monument historique, du projet de destruction d’une église ou plus généralement de la faiblesse des moyens accordés aux musées et au patrimoine : « C’est triste certes, mais il n’y a plus d’argent. » ? Plus grave, cette antienne défaitiste est parfois prononcée par de vrais défenseurs du patrimoine, prêts à renoncer à leurs combats.

Disons-le haut et fort : c’est faux. Il n’est évidemment pas question de nier la crise économique. Mais gouverner, c’est choisir. L’argent existe, puisqu’on le dépense. Encore faut-il savoir où il va. La France…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Nicolas Sarkozy prêt à sacrifier l’Hôtel de la Marine

Article suivant dans Éditorial : Marché de l’art et histoire de l’art