Marché de l’art et histoire de l’art Contenu abonnés


Les relations entre le marché de l’art et les musées, entre les marchands et les historiens de l’art n’ont pas toujours été au beau fixe. Certains conservateurs considèrent encore avec méfiance le marché, comme si celui-ci avait des intérêts forcément opposés aux leurs. Il est assez paradoxal de constater que le marché de l’art et ses acteurs, au XVIIIe, au XIXe et pendant la première moitié du XXe siècle sont étudiés et font l’objet de nombreuses publications alors que les marchands actuels sont souvent mal considérés.

Pourtant, leur rôle est essentiel à l’histoire de l’art. Nombre de grands donateurs des musées français, parfois très récemment, sont des antiquaires (Baderou à Rouen ou Puech à Avignon par exemple). Beaucoup sont également historiens de l’art et publient dans les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : 1,7 milliards d’euros pour le patrimoine ? Non, pour le football !

Article suivant dans Éditorial : Le Caravage à la une