L’état des églises parisiennes (4) : Saint-Augustin


La vidéo est disponible librement pour tous les visiteurs de La Tribune de l’Art.

JPEG - 316.4 ko
1. Victor Baltard (1805-1874)
Église Saint-Augustin
Paris
Photo : Didier Rykner

Alors que les Halles de Baltard ont disparu en 1971-1973 sous les coups des démolisseurs, son autre réalisation majeure, l’église Saint-Augustin (ill. 1), est dans un état de conservation désastreux. Ce n’est hélas qu’une des nombreuses églises de Paris que la municipalité délaisse de manière scandaleuse, mais celle-ci pourrait au moins, en souvenir des défuntes Halles, avoir un peu plus de considération pour cet édifice religieux majeur. Il s’agit d’un des monuments les plus importants de Paris, par la qualité de son architecture, mais aussi par sa taille et par son emplacement au croisement de deux des grandes voies de la capitale, le boulevard Malesherbes et le boulevard Haussmann.
Il est vrai qu’au même moment la mairie de Paris massacre le quartier des Halles pour la deuxième fois en moins de cinquante ans, avec la construction de la monstrueuse « Canopée », encore plus laide que les bâtiments qu’elle remplace, et qui est à Baltard ce que Richard Clayderman est à Beethoven.



Saint-Augustin, encore une église en péril à Paris par latribunedelart


JPEG - 176.8 ko
2. Trois des symboles des évangélistes
sur la façade de Saint-Augustin.
Au centre, le taureau s’est brisé le 5 novembre
Photo : Didier Rykner

Nous l’avions déjà écrit ici : le 5 novembre dernier, un gros bloc de pierre est tombé de la façade (ill. 2), mutilant encore davantage une sculpture représentant le taureau de saint Luc qui fait partie d’une série de quatre symboles des évangélistes. Cet incident aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Le parvis du porche est désormais interdit et les visiteurs doivent entrer sur les côtés.
L’intérieur de l’église, très sale, est particulièrement sombre. On voit un peu partout des traces d’infiltrations qui témoignent de l’état préoccupant du monument. La coupole, peinte par le prix de Rome Jean-Louis Bezard pour les figures et par Alexandre Denuelle et Charles Lameire pour les parties décoratives, est entièrement occultée par un filet qui évite que des pierres ne tombent sur les fidèles ou les quelques touristes qui s’aventureraient dans Saint-Augustin. Les filets se multiplient d’ailleurs, à l’intérieur comme à l’extérieur des églises parisiennes : c’est, avec le papier japon que l’on appose sur les peintures murales, l’équivalent delanoesque du cataplasme sur une jambe de bois. Plutôt que de restaurer en dégageant le budget nécessaire (ce que la Ville de Paris pourrait faire car elle est riche, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire), on préfère laisser pourrir la situation. On n’ose imaginer à quoi ressemble la coupole sous ce filet, et de toute façon personne ne peut le savoir vraiment.

JPEG - 161.9 ko
3. Émile Signol (1804-1892)
Saint Jean l’Évangéliste
Huile sur toile - D. 435 cm
Paris, église Saint-Augustin
Photo : Didier Rykner

En revanche, on sait ce que sont devenus deux des quatre évangélistes peints aux écoinçons de la même coupole par Émile Signol. Déposés en 1994, ils ont été roulés et sont entreposés sur la tribune est. On ne voit plus que Saint Marc et Saint Jean l’Évangéliste (ill. 3). On entend d’ici Danièle Pourtaud, adjointe au maire en charge du patrimoine, qui va nous dire que c’est la faute de l’ancienne municipalité. Comme si nous étions des thuriféraires de Jacques Chirac et de Jean Tibéri ! Que ceux-ci portent une responsabilité dans l’état des églises est évident. Mais ils ne sont plus au pouvoir à Paris - on s’en veut d’avoir à le répéter encore et encore - depuis bientôt treize ans. Danièle Pourtaud aura beau répéter que « l’état du patrimoine religieux parisien s’améliore depuis douze ans » et qu’« il est très excessif de parler de péril » (voir cet article du JDD), la méthode coué ne convainc qu’elle-même. Jamais l’état des églises n’a été aussi inquiétant qu’aujourd’hui comme nous le démontrons article après article, film après film.
Sur la tribune également, nous avons découvert un grand tableau sans son cadre, sale, chancis et troué, entreposé dans des conditions indignes (ill. 4). Il s’agit d’une toile de Marius Abel, La Mort de sainte Monique (ill. 5), acquise par l’État au Salon de 1869 et déposée dans l’église Saint-Augustin. Son sort ne semble guère préoccuper la municipalité parisienne qui l’a tout simplement oubliée là.


JPEG - 57.6 ko
4. Marius Abel (1832-1870)
La Mort de sainte Monique
Huile sur toile - 221 x 283 cm
Paris, église Saint-Augustin
État actuel dans la tribune ouest
Photo : Didier Rykner
JPEG - 44.2 ko
5. Marius Abel (1832-1870)
La Mort de sainte Monique
Huile sur toile - 221 x 283 cm
Paris, église Saint-Augustin
Photo prise au Salon de 1869

En montant à la tribune, nous avons vu dans l’escalier des fissures dont certaines courent sur plusieurs niveaux. C’est le bedeau de l’église qui nous les a fait remarquer, spontanément, indiquant qu’elles n’étaient pas là lorsqu’il a pris ses fonctions et qu’elles ne cessent de s’agrandir. Pourtant, aucun témoin ne permet de vérifier leur évolution. Des fissures dans un bâtiment ancien ne sont pas forcément graves mais elles doivent être surveillées de près, surtout lorsque l’édifice est dans un tel état. Mais manifestement la conservation de Saint-Augustin ne semble pas être la priorité de la municipalité.
Nous pourrions parler aussi des décors de William Bouguereau (ill. 6), au dessus des tribunes des deux bras du transept, peints sur des toiles marouflées qui se détériorent (l’une d’entre elle est même en train de se détacher). Ou des peintures de Pierre Brisset (encore un prix de Rome, comme Baltard, Bezard et Bouguereau) dans la chapelle de la Vierge qui, elles aussi, sont en train de s’abîmer. Tout ceci est visible dans notre vidéo. On n’y voit pas, en revanche, l’état de la toiture qui doit être entièrement refaite, ou celui de certains vitraux, en partie brisés...


JPEG - 188.7 ko
6. William Bouguereau (1825-1905)
Décor de la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul
(bras gauche du transept)
Huile sur toile marouflée
Le décollement de la toile est récent
Photo : Didier Rykner

Nous conseillons donc la vision de ce reportage de France 3 sur cette même église Saint-Augustin et plus largement sur l’état des églises parisiennes. Et on s’amusera, car c’est bon de rire parfois (même jaune) de l’interview de Danièle Pourtaud qui paraît avoir envie d’être ailleurs, et qui répond (vers 1’24’’) « Nous n’avons pas pu tout faire, il en reste beaucoup à faire » (Danièle Pourtaud aime les euphémismes) et qui ajoute « Bien sûr Saint-Augustin est tout-à-fait dans le projet des années qui viennent ». Mais de quel projet veut-elle parler ? Est-ce une allusion au programme d’Anne Hidalgo pour la mairie de Paris ? Celle-ci indique en effet vouloir engager un « plan église »1 reprenant ainsi une idée que nous défendons depuis longtemps. On devrait s’en satisfaire, mais qui peut une seule seconde lui faire confiance, alors que depuis plus de douze ans elle a montré, en tant que principale adjointe de Bertrand Delanoë, tout le désintérêt qu’elle portait à cette question ? Comment peut-on la croire alors que, bien sûr, cette promesse n’est ni chiffrée, ni budgétée. Comme toutes les promesses, elle n’engage que ceux qui s’y laisseront prendre. Le temps des promesses est terminé. Nous voulons des actes.


Didier Rykner, mardi 31 décembre 2013


Notes

1Le mot « église » est au singulier, ce qui veut tout dire...





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Escalier de la BnF : les faux arguments budgétaires qui justifient sa destruction

Article suivant dans Patrimoine : Cadenas, poubelles, publicités, tags et graffitis : c’est ça Paris !