Contenu abonnés

Vaux-le-Vicomte : restauration du Grand Salon

« Comme certains hommes ont les défauts féconds et les vices utiles, Fouquet, en semant les millions dans ce palais, avait trouvé le moyen de récolter trois hommes illustres  ». Ces hommes étaient Le Vau, Le Nôtre, Le Brun. Alexandre Dumas, tout en égratignant le surintendant des finances de Louis XIV, évoque dans Le Vicomte de Bragelonne ce trio de maîtres qui, avant de mettre leur génie au service de Versailles, firent de Vaux-le-Vicomte une œuvre globale. Entre 1653 et 1661, le premier construisit le château, le deuxième dessina les jardins, le troisième fut chargé des décors.


1. Le Grand Salon après restauration
Château de Vaux-le-Vicomte
Photo : Collectif Image Melun
Voir l´image dans sa page

Le plan du bâtiment s’organise autour du Grand Salon, de forme ovale, qui s’élève sur dix-huit mètres de hauteur et se couronne d’une vaste coupole de 380 mètres carrés. Le décor peint et sculpté de la pièce fut conçu dans son ensemble par Charles Le Brun (ill. 1). Fouquet arrêté en 1661, le chantier s’interrompit. Et si les stucs furent achevés, la voûte resta vierge. Plusieurs dessins préparatoires de Le Brun témoignent de la fresque qui aurait dû l’habiller (ill. 2), tandis qu’une gravure de Girard Audran en 1681 permet d’en connaître la composition générale (ill. 3). Admiratif, le Bernin salua cet art de l’« abondance sans confusion » et Madeleine de Scudéry, qui vit elle aussi les dessins du peintre, donne une description de Vaux-le-Vicomte, rebaptisé Valterre, dans son roman Clélie vers 1659 : « L’on y voit tous les astres que le soleil visite en faisant son tour ».


2. Charles Le Brun (1619-1690)
Le Palais du Soleil, vers 1657-1660
Sanguine, plume et encre brune, lavis gris - 43,1 x 56,7 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP - Louvre
Voir l´image dans sa page
3. Girard Audran (1640-1703) d’après Charles Le Brun (1619-1690)
Le Palais du Soleil, 1681
Eau-forte et burin
Sceaux, Musée du domaine
départemental de Sceaux
Photo : Musée du domaine
départemental de Sceaux
Voir l´image dans sa page

En 1764, le duc Gabriel de Choiseul-Praslin acquit le domaine qui resta dans la famille pendant plusieurs générations. La coupole, finalement peinte dans les années 1840, devint un ciel traversé par un aigle (ill. 4). Puis le château fut acheté en 1875 par Alfred Sommier qui entreprit de le restaurer. Son petit-neveu, Patrice de Vogüé, ouvrit le domaine au public, et ce sont finalement les trois fils de celui-ci qui aujourd’hui ont repris les rênes, Jean-Charles, Alexandre et Ascanio de Vogüé. Le ciel se fissura, avec le temps la surface de la voûte craquela, tandis que la charpente se devinait à travers la couche de peinture (ill. 4). Les stucs encrassés nécessitaient quant à eux d’être nettoyés.


4. Le Grand Salon avant restauration
Château de Vaux-le-Vicomte
Photo : Château de Vaux-le-Vicomte
Voir l´image dans sa page

Une restauration du Grand Salon a donc été…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.