Une sculpture d’Oscar Jespers achetée par la Fondation Roi Baudouin

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

22/10/18 - Acquisition - Anvers, Musée royal des Beaux-Arts - Elle rappelle à la fois les têtes allongées des sculptures de l’Égypte amarnienne, les visages stylisés des « idoles » cycladiques, les courtisanes japonaises des estampes d’Utamaro, et la fameuse Muse endormie de Brancusi. Son titre, on le doit à son premier propriétaire, l’avocat René Victor, qui se serait exclamé en la voyant « C’est vraiment une perle fine ! ».

Oscar Jespers (1887 - 1970)
Perle fine, 1925
Marbre - 22,5 x 11 x 22,5 cm
Anvers, Musée royal des Beaux-Arts
Photo : Benjamin De Vuyst
Voir l´image dans sa page

Ce marbre d’Oscar Jespers a été acheté par le Fonds du Patrimoine belge, géré par la Fondation Roi Baudouin, lors d’une vente organisée par l’étude De Vuyst à Lokeren, le 19 mai dernier, au cours de laquelle il a été adjugé 188 000 euros. Déposé temporairement au Musée des Beaux-Arts de Gand, il devrait rejoindre définitivement les collections du Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers lorsque celui-ci rouvrira ses portes en 2020. Le sculpteur en effet étudia à l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, auprès de Thomas Vinçotte notamment, avant de rejoindre avec son frère le cercle d’avant-garde formé autour de Paul van Ostaijen.

La bouche boudeuse, légèrement décalée par rapport à l’axe du visage, le nez droit et les yeux en amandes sont à peine visibles, et pourtant ils donnent vie à cette figure. Le motif de la tête est récurrent dans l’œuvre de Jaspers et permet à la fois de montrer la diversité des matériaux qu’il travaille et l’évolution de son style.
La Tête de bébé, ronde, inclinée, évoque elle aussi l’influence de Brancusi. La Perle fine est une forme organique qui se déploie à partir d’un angle : le menton ; on retrouve la même construction pour le Petit Oiseau conçu en 1927. Jespers sculpte également dans les années 1920 des têtes plus cubiques que cubistes (il ne décompose pas vraiment la forme) qui affichent cette même expression sévère ou triste de la Perle fine ; les traits sont plus marqués, tandis qu’ils sont adoucis sur les différents masques réalisés à la même époque.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.