Une miniature de Giulio Clovio offerte au Prado

31/10/19 - Acquisition - Madrid, Museo del Prado - « Un nouveau petit Michel-Ange ». Voilà comment Vasari, désigna Giulio Clovio dans la biographie qu’il consacra à ce peintre qui fut également son ami. « petit », le terme n’avait rien de péjoratif, mais décrivait la discipline dans laquelle Clovio excellait : les miniatures. « Michel-Ange » car celui-ci fut une de ses principales sources d’inspiration. À son tour, Clovio fut aussi un modèle et une aide pour le jeune Gréco qui venait d’arriver en Italie. Il le présenta notamment au cardinal Farnèse. Dans la magnifique rétrospective du Grand Palais, on peut voir au tout début des œuvres de petit format fortement marquées par l’art de Clovio.


1. Giulio Clovio
Le Christ ressuscité, 1550
Gouache, aquarelle, or sur vélin - 21 x 15 cm
Madrid, Museo del Prado
Photo : Museo del Prado
Voir l´image dans sa page
2. Michelangelo Buonarroti, dit Michel-Ange (1475-1564)
Christ rédempteur, 1521
Marbre
Rome, église Santa Maria Sopra Minerva
Photo : Tetraktys (CC BY SA-3.0)
Voir l´image dans sa page

Ce qualificatif de « Michel-Ange en petit » n’apparaît certainement pas usurpé quand on regarde l’œuvre que les American Friends du Prado - association présidée par Philippe de Montebello - vient d’offrir au musée madrilène. Il s’agit en effet d’une gouache du Christ ressuscité (ill. 1), miniature en couleur de la sculpture de Michel-Ange de Santa Maria Sopra Minerva à Rome (ill. 2). Bien entendu, l’artiste ne se contente pas d’une copie servile. Si la position générale du Christ est la même, il apporte de nombreuses modifications, y compris dans l’expression du visage, sûr de lui dans la sculpture, plein de compassion dans la miniature. Clovio rajoute un fond d’architecture et de paysage.


3. Sofonisba Anguissola (1535-1625)
Portrait de Giulio Clovio, 1556
Huile sur toile
Rome, collection privée
Photo : Museo del Prado
Voir l´image dans sa page

Un portrait du Sofonisba Anguissola représentant Giulio Clovio (ill. 3), d’une remarquable qualité et appartenant à une collection particulière romaine est exceptionnellement exposé au Prado jusqu’au 2 février prochain. On y voit l’artiste tenant entre ses mains un portrait miniature, probablement l’une de ses œuvres.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.