Une esquisse d’Eugène Thirion acquise par le Musée des Beaux-Arts de Tours

Didier Rykner 2 2 commentaires

27/9/18 - Acquisition - Tours, musée des beaux-arts - Le Musée des Beaux-Arts de Tours a pu acheter aux enchères, le samedi 15 septembre 2018, pour la somme modique de 750 € hors frais, une esquisse d’Eugène Thirion pour l’Hôtel de Ville de Tours représentant La Céramique (ill. 1 et 2).


1. Eugène Thirion (1839-1910)
La Céramique
Huile sur toile - 31,1 x 26,2 cm
Tours, musée des beaux-arts
Photo : Tours, musée des beaux-arts
Voir l´image dans sa page
2. Eugène Thirion (1839-1910)
La Céramique, 1902
Huile sur toile marouflée - 320 x 286 cm
Tours, musée des beaux-arts
Photo : Tours, musée des beaux-arts
Voir l´image dans sa page

En 1902, l’artiste avait été appelé à décorer de trois grandes compositions une des extrémités de la salle des mariages de cet édifice municipal. En forme d’abside (ill. 3), le mur fut orné de trois compositions représentant respectivement, de gauche à droite, La Céramique, Les Hommes célèbre de Touraine et L’Imprimerie. L’art de la céramique était particulièrement important en Touraine, notamment au XIXe siècle avec les ateliers de Charles-Jean Avisseau dont le musée conserve un fonds important.


3. Eugène Thirion (1839-1910)
Décor de l’abside de la salle des mariages
de l’hôtel de ville de Tours
Photo, Tours, musée des beaux-arts
Voir l´image dans sa page

L’Hôtel de Ville de Tours est l’œuvre de Victor Laloux, également architecte de l’ancienne gare d’Orsay à Paris, aujourd’hui Musée d’Orsay. De nombreux peintres ont participé à son décor, notamment Fernand Cormon qui est l’auteur des autres compositions peintes de la salle des mariages, mais aussi Jean-Paul Laurens (salle du Conseil) et Henri Martin (plafonds de la salle des Commissions et du cabinet du maire). Ces deux derniers peintres se retrouveront côte à côte pour le décor du Capitole à Toulouse.

Le Musée des Beaux-Arts de Tours - qui posséde une étude de Thirion représentant Judith, offerte par Victor Laloux - mène une politique cohérente d’acquisition d’esquisses peintes pour les monuments publics de la ville. À la fin de l’année dernière, il avait pu acheter une huile sur papier marouflé de Georges Clairin préparatoire au décor de l’escalier du théâtre (voir la brève du 28 novembre 2017), grâce aux Amis du Musée des Beaux-Arts qui a également payé cette nouvelle esquisse. Notons, pour terminer, que Clairin et Thirion, qui furent tous deux actifs à Tours, furent également voisins pour le décor de la galerie du Glacier à l’Opéra de Paris, tandis que Thirion, Laurens, Henri Martin et Fernand Cormon firent tous partie de la nombreuse équipe de peintres en charge de décorer l’Hôtel de Ville de Paris reconstruit après la Commune.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.