Une crosse médiévale offerte au Louvre

Didier Rykner

10/1/19 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - C’est un objet particulièrement rare qui vient d’entrer au Louvre grâce au généreux don de Guy Ladrière. Il s’agit en effet d’une crosse d’évêque en ivoire polychrome (ill. 1), une œuvre italienne de la seconde moitié du XIVe siècle. Ce type d’attribut épiscopal est en effet soit conservé dans les trésors des cathédrales, soit enterré avec l’évêque.


1. Italie, seconde moitié du XIVe siècle
Crosse d’évêque
Ivoire - H. 46 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page
2. Italie, seconde moitié du XIVe siècle
Crosse de l’évêque Cauchon
Ivoire
Avant sa destruction au Musée de Lisieux
Voir l´image dans sa page

Une crosse d’un modèle très proche était pourtant conservée dans un musée français, celle de l’évêque Cauchon, fameux pour sa participation au procès de Jeanne d’Arc. Mais cet objet, qui avait été retrouvé en 1931 dans le tombeau de celui qui fut aussi l’évêque de Lisieux, et qui était conservé dans le musée de la ville, fut en grande partie détruit pendant la Seconde guerre mondiale qui anéantit pratiquement toute la cité, l’un des joyaux de la Renaissance française.


3. Présentation des restes de la Crosse de l’évêque Cauchon
Lisieux, Musée
Photo : Jean-Louis Gautreau
Voir l´image dans sa page

On constate, en comparant les deux œuvres grâce à une carte postale ancienne représentant la crosse de Lisieux avant sa destruction ill. 2), que les deux objets sont effectivement très proches [1]. On y voit les deux mêmes gueules de dragon, des feuilles sculptées très comparables, la même petite structure carrée décorée de pinacles avec de petites peintures en haut de ce qui reste de la hampe, et même - ce qui avait disparu dans la crosse de Cauchon - la partie sculptée au centre de la volute. Seule manque la partie basse de la hampe qui était conservée pour celle de Lisieux, et dont quelques débris subsistent encore (ill. 3).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.