Contenu abonnés

Une commode royale retourne à Fontainebleau

3 3 commentaires

17/6/20 - Acquisition - Fontainebleau, Musée national du château - Il y a presque un an, c’est Versailles qui annonçait triomphalement le retour au château d’une très importante commode royale, livrée par BVRB au milieu du XVIIIe siècle pour les Dauphines (voir notre article). C’est aujourd’hui un meuble au moins aussi essentiel qui fait enfin son entrée dans les collections nationales : la superbe commode (ill. 1) exécutée et livrée par l’ébéniste Gilles Joubert (1689-1775) en septembre 1754 pour la chambre du roi Louis XV au château de Fontainebleau. L’acquisition de ce meuble insigne, classé Trésor national il y a déjà quatre ans, constitue une excellente nouvelle pour le château de Fontainebleau, qui avait consacré une passionnante exposition au règne de Louis XV au printemps 2016 (voir l’article).


1. Gilles Joubert (1689-1775) et Louis Trouard (1700-1763)
Commode livrée pour la chambre du roi Louis XV, 1754
Placage de bois de rose et de bois de violette sur bâti de chêne, bronzes ciselés et dorés, dessus de marbre brèche violette - 87 x 119 x 63 cm
Fontainebleau, Musée national du château
Photo : Château de Fontainebleau
Voir l´image dans sa page

Publiée par Pierre Verlet, auteur d’ouvrages de références sur le mobilier royal français, la commode de la chambre de Louis XV à Fontainebleau était en fait connue depuis 1936 et avait été identifiée et étudiée par son propriétaire, le comte Adolphe Niel (1879-1966), collectionneur et mécène qui avait notamment offert au château de Versailles deux des guéridons porte-girandole (ill. 2) exécutés pour la Galerie des Glaces en 1769 avant de léguer le célèbre guéridon (ill. 3) en acier orné d’un plateau en bois pétrifié exécuté à Vienne puis offert par l’archiduchesse Marie-Christine à sa sœur la reine Marie-Antoinette quelques années après : celui-ci est désormais présenté dans le précieux cabinet de la Méridienne.


2. Edme-Pierre Babel (vers 1720-1775) d’après Jacques Gondoin (1737-1818)
Guéridon porte-girandole à figure de femme, 1769
Chêne sculpté et doré - 225 x 67,5 cm
Versailles, Musée national du château
Photo : RMN-GP/J.-M. Manaï
Voir l´image dans sa page
3. Anton-Mathias-Joseph Domanöck (1713-1779)
Guéridon offert à la reine Marie-Antoinette, 1770
Acier, bronze ciselé et doré, bois pétrifié, noyer, acajou, ébène - 87 x 71,5 x 55,5 cm
Versailles, Musée national du château
Photo : RMN-GP/D. Arnaudet
Voir l´image dans sa page

Restée longtemps dans la descendance du comte Adolphe Niel, la commode avait fait l’objet d’une demande d’autorisation d’exportation à la fin de l’année 2015 qui fit l’objet d’un refus de la part de la commission consultative des trésors nationaux, dont nous citons avec plaisir l’arrêté : il s’agit de « l’un des tous derniers grands meubles de Louis XV encore conservés en France en mains privées » qui témoigne avec éclat de « la meilleure production royale de Gilles Joubert qui travailla à des commandes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.