Un tableau d’Odilon Redon acquis par le Kröller-Müller

Odilon Redon (1840-1916)
Tête de Persée, vers 1875
Huile sur toile - 54,7 x 45,7 cm
Otterlo, Musée Kröller-Müller
Photo : Kröller-Müller
Voir l´image dans sa page

5/6/18 - Acquisition - Otterlo, Musée Kröller-Müller - La tête coupée est un motif récurrent dans l’œuvre d’Odilon Redon, souvent présentée sur une coupe, souvent dépourvue de détails narratifs, si bien qu’il n’est pas toujours évident de déterminer s’il s’agit de Jean-Baptiste, d’un martyr anonyme, d’Orphée ou d’un personnage rêvé.
C’est le chef de Persée, une peinture relativement précoce dans sa carrière, réalisée vers 1875, qui a rejoint la collection du Kröller-Müller, déjà riche de quelque 180 œuvres de l’artiste. La toile a été achetée à la galerie Eric Gillis Fine Arts à l’occasion de la Tefaf. Elle est actuellement présentée dans l’exposition que le musée consacre justement à Redon (article à venir).

Comme la dixième lithographie de la série Dans le Rêve, la tête de Persée est posée sur une coupe, coiffée d’un casque - celui d’Hadès -, les yeux grand ouverts, l’air méditatif. Persée n’eut pas la tête coupée, c’est lui qui décapita la Gorgone Méduse. Mais la tête séparée du corps peut être considérée chez Redon comme l’âme libérée des liens matériels.

Publicité Christie's brèves juin 2018
Publicité Blanche Libourne

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.