Un Perronneau et un biscuit, deux préemptions pour Orléans

22/6/18 - Acquisitions - Orléans, Musée des Beaux-Arts - Le tableau était venu au Musée des Beaux-Arts d’Orléans pour la rétrospective dédiée à Jean-Baptiste Perronneau l’année dernière (voir l’article). Il va y retourner, pour ne plus en repartir puisqu’il a été préempté à la vente qu’organisait Sotheby’s hier à Paris (voir l’article) pour la somme, modeste compte tenu de sa qualité, de 21 000 € sans les frais.


1. Jean-Baptiste Perronneau (1715-1783)
Portrait d’un homme de face en habit et
veste de drap bleu galonnés d’or
, 1765
Huile sur toile - 65 x 54 cm
Préempté le 21 juin 2018 par le Musée des Beaux-Arts d’Orléans
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Ce portrait d’homme (ill. 1), à l’huile sur toile (il est encore sur sa toile d’origine) et daté de 1765, représente un modèle qui n’a pas été identifié. Il est possible qu’il ait fait partie des collections du château de Saché, en Touraine.
Comme nous le soulignions dans notre recension de l’exposition d’Orléans, si Perronneau est parfois un peu raide dans ses portraits d’apparat en pied, il se montre beaucoup plus à l’aise dans les effigies à mi-corps, plus intimes, telles que celle-ci. Davantage connu comme pastelliste, ses tableaux sont d’une qualité tout aussi haute comme en témoigne ce portrait d’homme, fort élégant dans son habit bleu à festons dorés, qui regarde le spectateur avec un léger amusement. L’œuvre viendra opportunément enrichir l’ensemble conséquent de Perroneau (pastels et tableaux) que conserve déjà le Musée des Beaux-Arts d’Orléans qui les présente désormais dans des salles qui viennent de rouvrir avec une muséographie renouvelée (voir l’article).


2. Orléans, Manufacture de Géreault d’Areaubert
Bacchus assis sur un tonneau entouré de trois enfants
bacchiques et une chèvre sur un rocher percé
, vers 1760-1770
Biscuit de porcelaine - H. 29,5 cm
Préempté le 18 juin 2018 par le Musée d’Histoire et d’Archéologie d’Orléans
Photo : Peschetau-Badin
Voir l´image dans sa page

Les musées d’Orléans ne se sont pas contentés de cet achat puisqu’il y a quatre jours, le 18 juin, dans une vente de céramiques Peschetau-Badin à l’hôtel Drouot, ils ont préempté, pour 2 100 € (sans les frais) et pour le Musée d’Histoire et d’Archéologie installé dans l’hôtel Cabu, un groupe en biscuit de la Manufacture Gérault d’Areaubert (ill. 2) reprenant une création de Meissen. Cette manufacture orléanaise avait été fondée en 1753 par Étienne Dessaux de Romilly et fut cédée en 1757 à Gérault d’Areaubert qui en était le directeur, avant de cesser son activité en 1784 [1].

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.