Contenu abonnés

Turner. Peintures et aquarelles. Collections de la Tate

5 5 commentaires

Paris, Musée Jacquemart-André, du 26 mai 2020 au 11 janvier 2021.

L’exposition Turner du Musée Jacquemart-André (ill. 1) a donc, sauf erreur, été la première à rouvrir après le confinement. Elle sera prolongée jusqu’au début de l’an prochain, la question des prêts n’étant pas trop complexe à résoudre grâce à la compréhension de la Tate Gallery, musée auquel presque toutes les œuvres présentées appartiennent.
Il ne s’agit pas, en effet, d’une rétrospective complète - de toute façon impossible à organiser dans des espaces assez restreints - mais d’une présentation néanmoins assez complète, couvrant toute la carrière du peintre, d’aquarelles (et de rares tableaux) faisant partie du legs que celui-ci fit à la nation britannique. Ce sont donc des œuvres qu’on ne voit pas d’habitude, sauf par exception, car elles ne peuvent être exposées en permanence. Leur choix particulièrement pertinent - elles sont superbes - rend la visite de l’exposition très recommandable.


1. L’exposition Turner au Musée Jacquemart-André
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Joseph Mallord William Turner (1775-1851)
Incendie à Constantinople, vers 1834
Huile sur toile - 46 x 62 cm
Lille, Palais des Beaux-Arts
Photo : Wikipedia/Domaine public
Voir l´image dans sa page

3. Joseph Mallord William Turner (1775-1851)
Cathédrale de Durham, 1797-1798
Graphite, aquarelle et gouache -
75,8 x 57,9 cm
Londres, Tate Gallery
Photo : Tate Gallery
Voir l´image dans sa page

Un excellent essai du catalogue, par Barthélémy Jobert, rappelle la fortune critique de Turner en France, et notamment la manière dont l’artiste y a été présenté depuis une cinquantaine d’années. Le rappel de l’exposition du Centre Culturel du Marais sur Turner en France, en 1981, une des premières expositions qu’ait vu l’auteur de ces lignes, et de la grande rétrospective du Grand Palais, montre que le peintre a été assez bien et assez souvent montré dans notre pays, même si celui-ci ne conserve que très peu d’œuvres de sa main.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.