Contenu abonnés

« Remember me » : Portraits de la Renaissance

Amsterdam, Rijksmuseum, jusqu’au 16 janvier

On ne prête qu’aux riches, c’est aussi vrai pour les musées. Le Rijksmuseum en offre une nouvelle fois une preuve éclatante en déployant des chefs-d’œuvre venus du monde entier pour sa nouvelle exposition sur le thème du portrait à la Renaissance. Après Le Bernin et Caravage l’année dernière (voir l’article), voici donc convoqués Titien, Dürer, Holbein ou encore Véronèse et la seule réunion de leurs peintures vaut en soi le détour.


1. Lucas Cranach l’Ancien (1472–1553)
Prince de Saxe, vers 1517
Huile sur panneau - 43,7 x 34,4 cm
Washington, National Gallery of Art
Photo : NGA
Voir l´image dans sa page
2. Tiziano Vecellio, dit Le Titien (1488-1576)
Ranuccio Farnese, 1541-1542
Huile sur toile - 89,7 x 73,6 cm
Washington, National Gallery Art
Photo : NGA
Voir l´image dans sa page

Ainsi les petits princes de Saxe, représentés par Lucas Cranach vers 1517, côtoient le jeune Ranuccio Farnese âgé de onze ans, peint par Titien en 1541 (ill. 1 et 2). Albrecht Dürer, Hans Memling et Petrus Christus ont fixé les traits de jeunes femmes dont l’identité est inconnue mais dont les habits trahissent la mode d’une époque et d’une région, d’un milieu social également (ill. 3 et 4). S’il s’agit bien de portraits, la première d’entre elles a des airs de Madeleine avec ses yeux baissés, ses mains jointes, et ses cheveux lâchés ; la deuxième est mystérieusement associée à la Sybille persique Sambetha dont le nom est inscrit sur le cadre ; la troisième est la plus intimidante, peut-être parce qu’elle n’est nimbée d’aucune allusion historique, et que ses yeux en amandes, asymétriques, sont fixés sur le spectateur, teintant d’une certaine insolence ce visage enfantin au teint de porcelaine.


3. Hans Memling (vers 1433 –1494)
Portrait de femme ou Sibylle Sambetha, 1480
Huile sur panneau - 38 x 26, 5 cm
Bruges, Sint-Janshospitaal
Photo : Sint-Janshospitaal
Voir l´image dans sa page
4. Petrus Christus (1410–1475)
Portrait d’une jeune fille, vers 1470
Huile sur panneau - 29 × 22,5 cm
Berlin, Gemäldegalerie
Photo : Gemäldegalerie
Voir l´image dans sa page

Le portrait d’une femme à la Renaissance forme souvent une paire avec celui d’un homme, qu’il s’agisse de son frère, de son fiancé ou de son époux. À Florence à la fin du XVe comme à Bâle au début du XVIe, Ghirlandaio et Holbein peignent ainsi en pendants des modèles masculin et féminin tournés l’un vers l’autre, pas tout à fait de profil, sur un fond de paysage ou d’architecture (ill. 4 et 6) ; le bourgmestre de Bâle, Jakob Mayer, a décidément un air de Gérard Depardieu [1].


5. Domenico Ghirlandaio (1449 - 1494)
Portrait d’homme et de femme, vers 1490
Tempera sur panneau - 51,8 × 39,7 cm
San Marino, The Huntington Library
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page
6. Hans Holbein le Jeune (1497-1543)
Portrait de Jakob Meyer et de Dorothea Kannengiesser, 1516
Huile sur bois - 38,5 x 30,8 cm

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.