Contenu abonnés

Paysages français du XIXe siècle acquis par des musées français

12/6/10 - Acquisitions - Musées français - Le Musée départemental de l’Oise a acquis, en vente publique à Louviers le 18 octobre 2009 [1], un petit tableau (ill. 1) de Camille Corot, jusqu’à présent inédit, représentant le château de Pierrefonds.
Aux environs de 1842, Corot avait peint ces ruines dans une toile aujourd’hui conservée au Musée des Beaux-Arts de Quimper [2]. D’autres peintures de Corot du même sujet sont connues (Cincinnati Art Museum, Musée Pouchkine de Moscou...). Contrairement à elles, le tableau de Beauvais est une pochade datant du début de la carrière du peintre, vers 1820. Il s’agit du troisième Corot à entrer dans les collections de ce musée.

1. Camille Corot (1796-1875)
Vue du château de Pierrefonds en ruine, 1821-1823
Huile sur papier marouflé sur toile - 19 x 24,5 cm
Beauvais, Musée départemental de l’Oise
Photo : Conseil général de l’Oise
Voir l´image dans sa page
2. Eugène-Antoine-Samuel Lavieille (1820-1889)
Vue du château de Pierrefonds en ruines, vers 1850
Huile sur panneau - 22,7 x 35,2 cm
Compiègne, Musée Vivenel
Photo : D. R.
Voir l´image dans sa page

Une autre vue de Pierrefonds (ill. 2), due à un élève de Corot, Eugène-Antoine-Samuel Lavieille, a été adjugée au Musée Vivenel de Compiègne chez Artcurial, le 18 mars 2008 [3]. Si l’achat du Corot par Beauvais se justifiait par la volonté d’acquérir des paysages de l’Oise, le Musée Vivenel s’efforce pour sa part de compléter sa collection de peintures d’artistes ayant séjourné à Compiègne et dans ses environs. Lavieille était très attaché aux ruines de Pierrefonds qu’il peignit à de nombreuses reprises.

Ce sont également des vestiges médiévaux que Jules Coignet a peint en 1830 dans un tableau (ill. 3) donné au Musée d’Angers en 2009 par l’association Angers musées vivants et qui vient renforcer son fonds de paysages de la première moitié du XIXe siècle autour de Turpin de Crissé et de Guillaume Bodinier. On appréciera particulièrement l’extraordinaire luminosité qui…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.