Paul Lang nommé directeur des Musées de Strasbourg


JPEG - 127.5 ko
Paul Lang
© Musée des Beaux-Arts du Canada
Voir l'image dans sa page

7/12/17 - Nomination - Strasbourg, Musées - Un homme charmant, un conservateur brillant, un amateur de peinture ancienne et du XIXe siècle, un connaisseur avisé du marché de l’art : Paul Lang combine toutes les qualités que nous pouvons attendre d’un directeur de musée. La nouvelle de sa nomination à la tête des Musées de Strasbourg est donc une des meilleures et des plus inattendues - il s’était bien gardé de nous en parler - que l’on pouvait attendre.

Nous avions invité celui-ci au micro de La Tribune de l’Art le 20 février 2014, émission que vous pouvez réécouter pour en savoir plus sur le nouveau directeur des Musées de Strasbourg. On se contentera de rappeler que ce citoyen franco-suisse, qui a étudié à Genève, fut assistant à l’Université de Neuchâtel, puis collaborateur à l’Institut Suisse pour l’histoire de l’art à Zurich, avant de devenir en 2000 conservateur en chef du département des Beaux-Arts du Musée d’Art et d’Histoire de Genève. Il y a organisé de nombreuses expositions sur des artistes du XIXe siècle (notamment Hodler et Corot), sur la peinture ancienne (Philippe de Champaigne - voir l’article) ou encore sur la résonance de l’œuvre de Wagner dans les beaux-arts… En 2011, il est devenu directeur adjoint du Musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa où, là encore il a brillé, notamment dans le domaine des acquisitions (nous nous sommes fait l’écho de plusieurs d’entre elles).

À Strasbourg, où il remplacera Joëlle Pijaudier-Cabot, il sera donc en charge de plusieurs musées, les plus importants étant bien sûr le Musée des Beaux-Arts dirigé par le non moins brillant Dominique Jacquot, le Musée d’Art Moderne et Contemporain qui conserve également une partie de l’art de la fin du XIXe siècle, mais aussi le magnifique Musée de l’Œuvre Notre-Dame ou le Musée des Arts décoratifs. Dans notre émission, Paul Lang soulignait qu’il s’occupait de tous les aspects des collections d’Ottawa (pas seulement de l’art ancien et du XIXe) et nul doute qu’il mènera également cette politique équilibrée à Strasbourg.

Bref, les musées français comptent un nouvel excellent conservateur qui prendra ses fonctions début avril. Nous sommes nombreux à nous en réjouir.


Didier Rykner, jeudi 7 décembre 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Ventes londoniennes (et parisiennes)

Article suivant dans Brèves : Le Musée Delacroix préempte la maquette pour le Sénat