Contenu abonnés

Louis-Philippe, à Versailles et à Fontainebleau

Louis-Philippe et Versailles, Versailles, Musée national du château, du 6 octobre 2018 au 3 février 2019.
Louis-Philippe à Fontainebleau, Fontainebleau, Musée national du château, du 3 novembre 2018 au 4 février 2019.

1. Horace Vernet (1789-1863)
Louis-Philippe et ses fils devant le château de Versailles, 1846
Huile sur toile - 367 x 394 cm
Versailles, Musée National du Château
Photo : RMN-GP
Voir l´image dans sa page

Coïncidence ou pas, la conjonction de deux expositions dédiées à Louis-Philippe et à deux des plus grands châteaux français est particulièrement heureuse tant ces événements se complètent à merveille. Toutes deux donnent l’occasion de découvrir ces monuments sous un jour qu’on a parfois tendance à négliger, surtout pour Fontainebleau auquel on ne pense pas spontanément comme un château de Louis-Philippe.

1837, on le comprend grâce à ces expositions, fut une date réellement clé pour le règne du roi des Français. À Versailles, c’est l’année de l’inauguration du musée de l’histoire de France, un événement public, dans un bâtiment que Louis-Philippe conçoit d’abord pour le public. À Fontainebleau, c’est celle du mariage de Louis-Ferdinand avec Hélène de Mecklembourg-Schwerin, un événement privé (mais y-a-t-il des événements privés pour les rois ?), dans un bâtiment que Louis-Philippe destine surtout à sa famille, ses amis et ses invités officiels ; un monument privé donc, même si le catalogue rappelle qu’il était ouvert en partie au public quand la famille royale n’y séjournait pas.

L’exposition de Versailles

Attardons nous à Versailles tout d’abord, dont nous avions déjà parlé à l’occasion de la présentation exceptionnelle de deux décors de théâtre (voir la brève du 5/20/28 et cet autre article). Si celui de l’Opéra n’est plus visible, on peut encore admirer pour quelques temps celui du Palais gothique sur la scène du théâtre de Marie-Antoinette au Trianon.
L’essentiel de l’exposition se déroule dans l’aile du nord, incluant les salles d’Afrique enfin visibles. Celles-ci sont en effet dédiées aux expositions temporaires et les grandes compositions, notamment la Smala d’Abd-el-Kader d’Horace Vernet, sont en général invisibles. Il semble que désormais leur importance ait convaincu la direction de Versailles qu’il faudrait au moins les rendre visitables entre les expositions temporaires. C’est une première bonne nouvelle d’une exposition qui en annonce beaucoup.


2. François-Étienne Calla (1760/62-1836)
Maquette d’un atelier de menuiserie, 1783
Bois, alliage ferreux
Paris, Musé des Arts et Métiers
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
3. Antoine Philippe,
duc de Montpensier (1775-1807)
Vue des chutes du Niagara, 1804
Huile sur toile - 82,6 x 123,2 cm
New York, Historical Society, Luce Center
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

4. Étienne Bouhot (1780-1862)
Un intérieur d’une cour d’une maison de
roulage dans la rue Saint-Denis
, 1817
Huile sur toile - 53 x 43 cm
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Celle-ci s’ouvre avec un autre tableau d’Horace Vernet (ill. 1), dans une section qui a pour objectif de présenter…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.