21 millions d’euros supplémentaires pour les monuments historiques

Didier Rykner

25/10/18 - Politique - Loto du patrimoine - Une fois de plus, tous ceux qui ne cessent d’attaquer Stéphane Bern dans un douteux combat en légitimité en seront pour leurs frais. L’annonce faite par Franck Riester et Gérald Darmanin, lors de l’ouverture du Salon du Patrimoine, d’un important complément de financement pour les monuments historiques, à l’occasion de la mise en place du loto patrimoine, ne doit en effet rien au hasard. C’est bien grâce à lui, qui a négocié âprement avec l’aide du ministre de la Culture, que le gouvernement a décidé d’augmenter le montant des aides, auquel s’opposait dans un premier temps le ministre de l’Action et des Comptes publics. Ce ne sera pas une affectation directe des taxes (ou d’une partie des taxes) comme cela était demandé car, effectivement, il est impossible de modifier aussi rapidement une décision votée par l’Assemblée Nationale. Mais cela reviendra au même, s’agissant d’une espèce d’enveloppe compensatoire accordée aux restaurations. Et même à mieux encore puisqu’il s’agit de 21 millions d’euros, alors que les taxes n’en représentaient que 14.


Hôtel-Dieu de Château-Thierry
Un des monuments devant profiter
du loto du patrimoine
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Saluons donc ce geste, obtenu également grâce à l’engagement du nouveau ministre de la Culture. Mais il reste qu’on voit bien que ces mesurettes, obtenues à la force du poignet et à chaque fois dans la douleur, ne suffisent pas à assurer la sauvegarde des monuments historiques. Il faut trouver des solutions pérennes à cette question, et nous en voyons deux qui pourraient être mises en place de manière rapide, soit l’une, soit l’autre, soit même un mixte des deux.
D’une part, comme le réclament beaucoup, une augmentation de quelques dizaines de centimes (50 centimes serait un chiffre tout à fait acceptable et indolore) de la taxe de séjour payée par les touristes français et étrangers par nuitée, sachant qu’il y a eu en 2017 429 millions de nuitées. Il suffirait que cette partie de la taxe de séjour, au lieu d’être reversée aux communes, le soit à l’État.
D’autre part, comme nous le suggérions dans notre éditorial d’hier, de prélever comme pour le sport 1,8% de la recette de la Françaises des Jeux pour l’affecter au patrimoine. Cela pourrait d’ailleurs être également indolore pour le budget de l’État si cette somme venait en réduction des gains distribués.

L’idéal serait évidemment la combinaison des deux. Rêvons un peu : en 2020, cela pourrait représenter, en prenant en compte les chiffres de 2017, pas moins de 343 millions d’euros supplémentaires pour les monuments historiques, soit plus du double de ce qui est donné actuellement. Une manne qui profiterait non seulement au patrimoine, mais à l’économie globale comme le montrait très bien un rapport du Sénat en 2006.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.