Contenu abonnés

Les peintres du Languedoc au XVIIe siècle

2 2 commentaires

Auteur : Jean Penent.

Voir l´image dans sa page

Certains livres défient la critique, Les peintres du Languedoc au XVIIe siècle en est un. On ne s’explique pas ce qui peut pousser un historien de l’art qui fut un bon conservateur à écrire de pareilles élucubrations, pas davantage qu’on ne comprend pourquoi un éditeur les publie.

Jean Penent fut le directeur du Musée Paul Dupuy à Toulouse. Nous nous en voulons de ne pratiquement pas avoir signalé sur ce site à quel point sa politique d’acquisition fut remarquable. Nous n’avons consacré en tout et pour tout que deux articles aux enrichissements du musée lorsqu’il était à sa tête, et l’un des deux ne lui était pas directement dû puisqu’il s’agissait d’un mécénat, à l’initiative du ministère de la Culture, réparti entre plusieurs établissements (voir la brève du 28/3/09) et l’article). Nous réparerons autant que faire se peut cette lacune en incluant ses nombreux achats dans la base de données à venir des acquisitions.

Nous pourrions ainsi passer sous silence le livre que vient de publier l’association Collègi d’Occitania. Mais celle-ci nous l’a envoyé, et Jean Penent lui-même nous a adressé un tiré à part d’un article publié en 2021 dans les Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France où il résume sur le peintre Jean François l’essentiel de ce que cet ouvrage approfondit tout en élargissant le sujet aux autres peintres du XVIIe siècle dans ce que l’on appelle aujourd’hui la région d’Occitanie. Nous en parlerons donc, d’autant que cela nous donnera l’occasion de rappeler que les questions d’attribution ne sont pas anodines. On ne peut pas attribuer une œuvre à partir de rien, uniquement en se basant sur son propre sentiment, et sans expliquer pourquoi on procède ainsi. Il faut apporter - a minima - des comparaisons crédibles, rapprocher les œuvres qu’on attribue d’autres œuvres certaines ou documentées, et demeurer prudent, car l’erreur est souvent possible. Et pour certains même, elle est presque certaine.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.