Contenu abonnés

Les derniers feux du palais de Saint-Cloud

Saint-Cloud, Musée des Avelines, du 10 octobre 2019 au 23 février 2020

Il faut se faire une raison : le ravissant château de Saint-Cloud a bel et bien disparu dans les tourments de l’Histoire. Si l’absence des bâtiments est beaucoup plus tangible pour le visiteur actuel du parc de Saint-Cloud qu’elle ne l’est pour le palais des Tuileries - on imagine mal les jardins du Louvre et des Tuileries brutalement fermés par une construction qui en obstruerait les perspectives - on sent véritablement qu’il manque à Saint-Cloud quelque chose qui n’existe plus qu’en souvenir. Mais il existe de multiples manières de raviver ce souvenir, dont les plus saines évitent de se laisser aller à de vaines chimères : il y a bien sûr la 3D, avec l’excellente reconstitution de Philippe Le Pareux présentée dans l’exposition du Musée des Avelines, mais rien ne remplace les vues d’époque. C’est donc avec bonheur que l’on se plonge dans les nombreuses photographies anciennes du palais qui connut les fastes du Second Empire avant de tragiquement disparaître dans les flammes au cours de la guerre franco-prussienne de 1870.


1. Adolphe Block (1829-1915)
Façade sur la cour d’honneur du palais de Saint-Cloud - vers 1868
Photographie stéréoscopique
Saint-Cloud, Musée des Avelines
Photo : Gilles Plagnol
Voir l´image dans sa page
2. Pierre-Ambroise Richebourg (1810-1875)
Aile et parterre de l’Orangerie - vers 1868
Tirage photographique sur papier albuminé
Saint-Cloud, Musée des Avelines
Photo : Gilles Plagnol
Voir l´image dans sa page

Le Musée des Avelines de Saint-Cloud, à la fois musée d’art et d’histoire, possède naturellement un vaste ensemble de représentations du château disparu qui est évoqué en permanence dans ses salles, où trône par exemple une vaste maquette de l’édifice. Le musée conserve également trente-huit vues stéréoscopiques du palais sous le Second Empire, dont treize tirages exceptionnels - transparents et coloriés - édités par Adolphe Block, dont la photographie de la façade sur la cour d’honneur (ill. 1) orne l’affiche de l’exposition et la couverture de son catalogue, tant elle semble inviter à la visite. Cette collection a cependant pu bénéficier d’un enrichissement considérable il y a quelques années, lorsqu’un album inédit de vues [1] du château par Pierre-Ambroise Richebourg a pu être acquis par le musée (voir la brève du 28/6/14). Probable commande impériale, où chaque photographie possède sur son montage le timbre sec aux armes du souverain, ce passionnant témoignage du château peu avant sa disparition a constitué une base solide aux travaux de l’équipe chargée de la rédaction de Saint-Cloud. Le palais retrouvé. Celle-ci était dirigée par Bernard Chevallier qui est également l’un des commissaires de cette exposition aux côtés d’Arnaud Denis du Mobilier national, qui conserve depuis 1870 la majorité des meubles et objets évacués du château de Saint-Cloud, dont une partie a ensuite été affectée à divers ministères et institutions. Beaucoup d’œuvres anciennes ont cependant gagné les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.