Le Musée des Beaux-Arts de Lyon et la sculpture : 1. Le catalogue raisonné

Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

3/10/19 - Publication - Lyon, Musée des Beaux-Arts - Si nous avons récemment traité de plusieurs acquisitions, cela fait trois ans que nos informations sur le Musée des Beaux-Arts de Lyon demeurent rares, celui-ci n’ayant pas récemment proposé d’expositions d’art ancien ou du XIXe siècle. Mais un musée, ce n’est pas que les expositions (il y en avait d’ailleurs, mais qui sortaient de notre champ), ou que les acquisitions. Il y a un travail de fond qui consiste à étudier les collections, à les publier, à les restaurer, à mieux les présenter, qui est au moins aussi important. Et notre visite récente du musée démontre que celui-ci n’a pas chômé ces dernières années, et qu’il s’y fait beaucoup de choses excellentes. Nous entamons donc ici une série d’articles dont trois au moins auront trait à la sculpture, celui-ci étant le premier.

La disparition des éditions Somogy est sans doute la raison pour laquelle un catalogue paru il y a exactement deux ans est resté encore largement ignoré (en tout cas de nous) alors qu’il est à la fois essentiel et remarquable. Ce véritable pavé (pas moins de 592 pages) constitue le catalogue de l’intégralité du fonds de sculpture du XVIIe au XXe siècle. Il vient après un très bon catalogue des peintures anciennes (dont nous n’avions cependant pas parlé non plus) qui était le premier d’une série, pour une entreprise de longue haleine dont l’objectif est de publier toutes les collections du musée. L’an prochain, en 2020, paraîtra l’Art d’Islam ; en 2021 le catalogue des sculptures du Moyen Âge et de la Renaissance, et autour de 2023 celui des peintures de la première moitié du XIXe siècle.


1. Joseph Fabisch (1812-1886)
Béatrix, 1854
Marbre - 183 x 51,5 x 45 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Cet ouvrage consacré aux sculptures est bien davantage encore qu’un catalogue. Il comprend en effet de nombreux essais dus à différents historiens de l’art qui s’intéressent à la sculpture au musée des Beaux-Arts de Lyon et à la sculpture à Lyon. Certains viennent en préambule (les conservateurs et la sculpture ; les dépôts de l’État ; le décor sculpté de l’abbaye Saint-Pierre ; le décor sculpté intérieur du cloître ; le décor monumental à Lyon ; la statuaire publique à Lyon ; la sculpture religieuse à Lyon au XIXe siècle), d’autres sont inclus dans le catalogue lui-même, pour approfondir la connaissance du fonds, en insistant notamment sur la sculpture lyonnaise. Si le musée, sans doute le plus important en France après le Louvre, a des collections très variées, il y a bien entendu une composante locale importante qui en fait une de ses spécificités. On sait qu’il conserve beaucoup de peintures lyonnaises, et la sculpture régionale est également bien représentée, avec des artistes très connus tels Joseph Chinard (qui fait l’objet d’un important programme d’étude en collaboration avec le Louvre) et d’autres moins comme Legendre-Héral, Bonnassieux ou Fabisch (ill. 1).

Les notices, extrêmement détaillée, sont au nombre de 244, pour un nombre d’œuvres encore plus important puisque certains ensembles (statuettes en cire de Meissonnier, Masques de René de Saint-Marceaux, animaux en plâtre de François Pompon...) sont traités de manière groupée. Cette partie est consacrée aux sculptures considérées comme les plus importantes (et accompagnées par des biographies des sculpteurs). Elle est complétée par un catalogue sommaire permettant de connaître l’intégralité de la collection qui contient plus de huit cents objets. Tous sont illustrés et accompagnés d’une fiche technique, d’un historique, d’une bibliographie et d’une liste des œuvres en rapport.


2. Artus I Quellinus (1609-1668)
Cybèle
Terre cuite - 68,7 x 39 x 4 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
3. Artus I Quellinus (1609-1668)
Cybèle
Marbre
Amsterdam, Hôtel de Ville
Photo : Fentener van Vlissingen
(CC BY-SA 3.0)
Voir l´image dans sa page

Comme tous les catalogues de collection, il permet des découvertes. Citons-en une - il s’agit du premier numéro - à la fois importante et improbable : une terre cuite faussement signé Chinard (ill. 2) passait jusqu’ici pour une œuvre de ce dernier et avait longtemps été exposée sous son nom. C’était à la fois une erreur de pays et de deux siècles, puisqu’il s’agit en réalité d’une sculpture du Flamand Artus I Quellinus, préparatoire pour un relief de l’hôtel de Ville d’Amterdam (ill. 3).
La meilleure connaissance du fonds s’est accompagnée de restaurations, et de l’exposition d’œuvres qui ne l’étaient pas. Nous leur consacrerons une prochaine brève, et nous nous contenterons de signaler ici une grande terre cuite, presque grandeur nature, d’une artiste lyonnaise dont on connaît surtout de petites sculptures : Clémence-Sophie de Sermezy. Une autre ne peut être présentée car elle n’existe plus, mais elle fait néanmoins l’objet d’une notice. Il s’agit du groupe de Jules Desbois, La Mort et le bûcheron dont le bronze a été fondu sous l’Occupation, et dont un plâtre autrefois au Musée des Beaux-Arts d’Angers n’est plus connu que par des gravures et des photographies.


4. Clémence-Sophie de Sermezy (1767-1850)
Psyché abandonnée, 1821
Terre cuite - 140 x 64 x 52 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Même passé inaperçu, ce catalogue s’est pourtant déjà bien vendu. Nous conseillons donc aux lecteurs qui voudraient se le procurer de ne pas trop tarder : il n’est pas loin d’être épuisé...

Sous la direction de Claire Barbillon, Catherine Chevillot, Stéphane Paccoud et Ludmila Virassamyaïken, Sculptures du XVIIe au XXe siècle. Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2019, Somogy Édition d’Art, 592 p., 55 €. ISBN : 9782757212691.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.