Contenu abonnés

Nombreuses œuvres lyonnaises du XIXe siècle pour le Musée des Beaux-Arts de Lyon

1 1 commentaire

7/1/18 - Acquisitions - Lyon, Musée des Beaux-Arts - Certains musées ont une politique d’acquisitions cohérente. Celui des Beaux-Arts de Lyon en est un exemple. Un pan de cette politique consiste à compléter une collection déjà très riche en œuvres de l’école lyonnaise du XIXe siècle. Plusieurs achats, auxquels s’ajoutent des dons, ont permis d’augmenter récemment ce fonds.


1. Pierre Revoil (1776-1842)
Diane de Poitiers et Henri II, vers 1827
Crayon graphite, plume, encre noire et lavis gris - 24,2 x 19 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Lyon
Voir l´image dans sa page
2. Attribué à Pierre Revoil (1776-1842)
Clotilde de Surville composant ses
Verselets à son premier-né
, vers 1804-1805
Pierre noire, estompe et craie blanche - 30 x 24,6 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Lyon
Voir l´image dans sa page

Nous avions il y a quelques mois parlé du don d’un autoportrait de Pierre Revoil (voir la brève du 21/9/17). Un achat et un autre don ont permis de faire entrer au musée deux feuilles supplémentaires de cet artiste troubadour.
La première (ill. 1) a été achetée à Orléans le 12 mars 2016 lors d’une vente de l’étude Binoche-de Maresous. Elle provient d’un album commandé par Anne Marie Hortense Marmont, duchesse de Raguse (1779-1857), dispersé lors de cette vacation. Le sujet représenté, Diane de Poitiers et Henri II, correspond à un tableau perdu présenté au Salon de 1827, il est donc possible qu’il s’agisse de la même composition.
Le second dessin de Pierre Revoil (ill. 2) a été offert par Olivier Scherberich, généreux et régulier donateur des musées français (notamment Lyon et Strasbourg). Celui-ci l’avait acquis à l’hôtel Drouot dans une vente sans catalogue. Le sujet a été identifié par Stéphane Paccoud comme un épisode tiré de la vie de la poète Clotilde de Surville, dont l’existence (ou au moins les talents littéraires) a été mise en doute. La réapparition en 1803 d’un recueil supposé de ses poèmes a été très largement discutée, celle-ci consistant probablement en une supercherie littéraire, au moins partielle.
Cette œuvre est entrée au musée comme simplement « attribuée à » Pierre Revoil. Il comporte cependant son monogramme en bas à gauche, et son style est comparable à plusieurs de ses dessins (dont le précédent). Cette identification nous semble bien être la bonne.


3. Fleury Richard (1777-1852)
Blanche Bazu et Pierre le Long, 1825
Crayon graphite, plume, encre brune, lavis brun
et rehauts de gouache blanche - 23,5 x 20 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Lyon
Voir l´image dans sa page

Aux côtés de Pierre Revoil [1], Fleury Richard, également lyonnais, est l’un des principaux représentants du style dit troubadour. Provenant du même album dispersé à Orléans, le musée a acquis une feuille de celui-ci, représentant Blanche Bazu et Pierre le Long (ill. 3), signée et datée de 1825. Cette iconographie est tirée d’un roman de Louis Edme Billardon…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Publicité Tous mécènes !

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.