Contenu abonnés

Le château de Pau préempte un portrait par Corneille de Lyon et son atelier

21/11/20 - Acquisition - Pau, Musée national et domaine du château de Pau - Le Musée du château de Pau a fait valoir son droit de préemption lors de la vente des maîtres anciens et du XIXe siècle d’Artcurial organisée ce mercredi 18 novembre. Il s’enrichit pour 52 000 € frais inclus du Portrait d’Antoine de Bourbon réalisé par Corneille de Lyon et son atelier. Passé en vente chez Sotheby’s à Monaco en juillet 1993, le panneau - alors présenté comme une huile sur toile - fut acquis en 1994 chez l’antiquaire marseillais Xavier Goyet par les parents des propriétaires parisiens qui s’en départissent aujourd’hui.


Corneille de La Haye dit Corneille de Lyon et atelier (1500-1575)
Portrait d’Antoine de Bourbon
Huile et rehauts d’or et d’argent sur panneau de chêne - 16,20 x 12 cm
Pau, Musée national et domaine du château de Pau
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

Longtemps demeuré anonyme, le modèle fut, à la faveur d’une annotation portée au revers d’une autre version du portrait ayant appartenu à la marquise de Ganay, d’abord rapproché de Gaston de Foix - comte de Candale puis d’Astarac - ou de son fils aîné Frédéric de Foix. Cette identification proposée par Anne Dubois de Groër dans son catalogue raisonné paru chez Arthena en 1996 [1] est aujourd’hui écartée par Alexandra Zvereva, grande spécialiste des portraits de la Renaissance française, qui a identifié le modèle avec Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, premier prince du sang, roi de Navarre par son mariage avec Jeanne d’Albret et père du futur Henri IV. Dans la notice érudite qu’elle a rédigée pour le catalogue de la vente Artcurial - d’où nous tirons une grande partie de nos informations - elle explicite son identification déduite de l’âge et du statut du modèle - décoré de l’Ordre de Saint-Michel - et confirmée par la comparaison avec le portrait fort semblable du prince dans le Promptuaire des medalles de l’éditeur Guillaume Rouillé ou Roville, paru à Lyon en 1553 [2].

Le jeune…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.