La National Gallery appelle au mécénat pour un tableau d’Orazio Gentileschi

11/11/19 - Appel à mécénat - Londres, The National Gallery - Moïse sauvé des eaux (ill. 1), un des chefs-d’œuvre d’Orazio Gentileschi, est exposé à la National Gallery, en prêt d’une collection particulière, depuis 2002. Mais ce tableau, acquis par son propriétaire actuel qui serait, selon The Art Newspaper, le milliardaire anglais Graham Kirkham qui avait acheté l’œuvre en 1995 chez Sotheby’s, est désormais sur le marché et le musée londonien - qui avait tenté à l’époque en vain de l’acquérir - souhaite le conserver définitivement.


1. Orazio Gentileschi (1563-1639)
Moïse sauvé des eaux, 1630-31
Huile sur toile - 257 x 301 cm
Collection particuière
Photo : The National Gallery
Voir l´image dans sa page

Ce n’est pas trop s’avancer que de dire qu’il devrait normalement y arriver. En effet, s’il lui manque encore deux millions de livres pour lesquelles il vient de lancer un appel public au mécénat, il a déjà pu réunir pas moins de 17,5 millions sur les 19,5 que la peinture devrait lui coûter, sachant que le prix de celle-ci est de 22 millions de livres, mais que des réductions de taxes lui permettent de l’acquérir pour 2,5 millions de moins. Rappelons que le dernier grand tableau d’Orazio Gentileschi à être passé en vente, la Danaé, avait été acquise à New York chez Sotheby’s par le Getty Museum pour 30,5 millions de dollars avec les frais (voir la brève du 29/1/16), ce qui est un montant sensiblement équivalent, alors que le Moïse est encore plus grand. Les American Friends of the National Gallery donnent 8,5 millions, le National Gallery Trust 5 millions, le National Heritage Fund 2,5 millions, l’Art Fund 1 million et divers legs apportent 500 000 livres.

L’œuvre dont on ne peut imaginer qu’elle quitte les murs de la National Gallery a un historique extrêmement prestigieux puisqu’il s’agit d’une commande royale peinte à Londres pour la reine Henriette Marie, sœur de Louis XIII et épouse de Charles Ier, à l’occasion de la naissance de son fils, le futur Charles II. Au XVIIIe siècle, elle a fait partie de la prestigieuse collection du duc d’Orléans dispersée en 1798 et fut vendue à l’époque comme un Velázquez à Frederick Howard, 5e comte de Carlisle, pour Castle Howard où elle resta pendant deux siècles. À l’exception de la parenthèse française, ce tableau est donc très lié à l’histoire anglaise et sa vente à l’étranger constituerait un coup dur pour le patrimoine britannique.


2. Orazio Gentileschi (1563-1639)
Moïse sauvé des eaux, 1633
Huile sur toile - 242 x 281 cm
Madrid, Museo del Prado
Photo : Wikimedia/Domaine public
Voir l´image dans sa page

Une seconde version autographe (ill. 2) de ce tableau a été peinte en 1633 pour Philippe IV d’Espagne et se trouve aujourd’hui au Musée du Prado. Si la composition d’ensemble reste la même, elle présente de nombreuses différences, tant dans les costumes des protagonistes que dans l’absence d’une figure et l’attitude d’une autre des suivantes de la fille de Pharaon (cette dernière porte une couronne dans la version madrilène, absente de celle de Londres).
On se souvient enfin que la National Gallery a acquis il y a un an un tableau d’Artemisia Gentileschi, fille d’Orazio (voir la brève du 6/7/18), alors qu’elle ne possède pour l’instant aucune œuvre de ce dernier.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.