La direction des patrimoines s’affirme favorable au classement du Conservatoire

Didier Rykner
Ancien bureau de Berlioz qui correspond
au foyer du théâtre du Conservatoire
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

16/10/18 - Patrimoine - Paris, Conservatoire national supérieur d’art dramatique - Une chose est sûre : depuis le départ de l’ancien directeur général des Patrimoines, Vincent Berjot, son remplaçant par intérim, François Loyer-Hascoët, a le mérite de répondre à ses interlocuteurs, et de donner des réponses qui vont souvent dans le bon sens.

C’est ainsi que nous l’avons interrogé directement sur l’absence de protection du bâtiment du Conservatoire national d’art dramatique dont nous avons abondamment parlé sur La Tribune de l’Art, un dossier qui nous semble absolument prioritaire en raison des risques qui pèsent sur lui, et qu’il nous a répondu assez rapidement, une réponse qui nous semble plutôt satisfaisante même si elle devra se concrétiser.

Voici donc ce le mail que nous a envoyé le directeur du patrimoine par intérim : « Seul le théâtre (anciennement salle de concert) est actuellement protégé (classement de 1921). La Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) Ile-de-France s’est bien préoccupée de réviser cette protection ancienne et y est toujours favorable. Après un premier courrier de la DRAC au Conservatoire nationale supérieure d’art dramatique (CNSAD) en 2008, la directrice régionale des affaires culturelles a écrit en 2011 au directeur général de la création artistique [1] pour proposer une extension de la protection du CNSAD au vestibule, au grand escalier, au salon d’honneur et à la salle Louis Jouvet (ancienne bibliothèque) qui forment "un ensemble cohérent de grande qualité architecturale et décorative". Le directeur du CNSAD a été remplacé peu après et ce courrier est resté sans réponse. Au delà des rappels, le projet d’extension de protection est alors resté sans suite.
Compte tenu du contexte nouveau du projet de cité du théâtre aux ateliers Berthier nous allons effectivement ressaisir la Direction générale de la création artistique (DGCA) quant à cette extension de protection
 ».

Il est donc très satisfaisant de constater que la direction générale des patrimoines est toujours favorable à ce classement, demandé par ailleurs par l’association Sites et Monuments. Il reste que celui-ci, manifestement, dépend aussi de la DGCA, dont le poste de directeur est lui aussi à pourvoir. Le plus simple serait que le ministre de la Culture s’affirme en exigeant cette protection. Alors que l’ancienne ministre ne s’était jamais exprimée à ce sujet, voilà une occasion pour Franck Riester de bien commencer dans ses fonctions et de montrer que la défense du patrimoine sera une de ses priorités.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.