La collection Motais de Narbonne exposée à la Fondation Bemberg

Bénédicte Bonnet Saint-Georges
Attribué à Alessandro Gherardini
(1655 – 1726)
Moïse sauvé des eaux
Huile sur cuivre - 41,7 x 52,7 cm
Collection Motais de Narbonne
Photo : Service de presse
Voir l´image dans sa page

13/4/19 - Exposition - Toulouse, Fondation Bemberg - C’est une collection vivante, elle s’accroît, s’expose et s’offre au jeu des attributions. Privilégiant la peinture française et italienne des XVIIe et XVIIIe siècles, Héléna et Guy Motais de Narbonne ont réuni, avec le goût sûr des passionnés, les plus grands noms aux côtés d’artistes moins connus, ou même anonymes.

Après avoir été présentée dans son intégralité au Musée des Beaux-Arts d’Orléans (voir l’article), leur collection se déploie à la Fondation Bemberg de Toulouse, un lieu qui abrite lui-même les œuvres d’un collectionneur privé. Cette seconde étape déploie exclusivement les quelque quatre-vingts peintures des Motais de Narbonne, sans les confronter avec d’autres œuvres, comme le faisait le musée d’Orléans. Elle révèle pourtant un tableau supplémentaire par rapport à la présentation précédente. La collection, en effet, s’est enrichie d’un nouveau tableau entre les deux expositions, Moïse sauvé des eaux acquis au Dorotheum de Vienne en octobre 2018.
L’attribution de cette peinture est révélatrice de la démarche du couple qui n’achète que des coups de cœur, et se préoccupe davantage de la qualité d’une œuvre, souvent aussi de son caractère insolite, plutôt que de la célébrité de son auteur. Dans le catalogue de vente, le tableau était attribué à l’école napolitaine du XVIIe siècle. Les collectionneurs ont cru y déceler la main du Génois Valerio Castello, il s’agirait plutôt d’Alessandro Gherardini, élève d’Alessandro Rosi dont ils possèdent deux tableaux. Il est d’ailleurs assez rare qu’Héléna et Guy Motais de Narbonne détiennent deux peintures d’un même artiste ; soucieux d’offrir le panorama le plus large possible des époques et des écoles qui ont leur préférence, ils privilégient souvent une seule œuvre, représentative du talent d’un peintre. Il y a bien sûr quelques exceptions, volontaires - ils possèdent deux Blanchard, deux Lubin Baugin - ou involontaires - Judith et Holopherne composition attribuée à Elisabetta Sirani a finalement été rendue à Ludovico Mazzanti dont ils possédaient déjà un tableau.

Le Moïse sauvé des eaux leur a plu pour son mélange de gravité et de légèreté : le thème est dramatique - des femmes tentent de sauver l’enfant emporté par le Nil - et pourtant, la servante qui s’avance dans l’eau a la grâce d’une danseuse. Coiffée de cette petite couronne improbable que l’on retrouve dans d’autres compositions de l’artiste, la fille de Pharaon se montre surprise et distante à la fois. Au second plan, le paysage semble se transformer en ruines, comme une préfiguration des fléaux qui s’abattront sur l’Egypte. Le tableau peint sur cuivre, a en outre séduit Héléna et Guy Motais de Narbonne pour ses couleurs brillantes et son traitement tout en transparence.
Gherardini a conçu plusieurs scènes de la vie de Moïse, telles que L’Adoration du veau d’or et le Serpent d’airain. Il a aussi représenté sur toile une autre version de Moïse sauvé des eaux, montrant cette fois-ci l’enfant sorti du fleuve et présenté à la fille de Pharaon. Les gestes sont moins éloquents puisqu’il ne s’agit plus de représenter l’angoisse d’un sauvetage hasardeux, mais sa fin heureuse ; néanmoins, l’artiste met en scène les personnages de manière comparable, formant un mouvement descendant en direction de l’enfant.

La collection s’accroît, parfois elle s’amenuise : désireux d’aider les musées, Héléna et Guy Motais de Narbonne leur offrent régulièrement des peintures. Ce fut le cas pour le Louvre (voir cet article), le Musée des Beaux-Art de Rennes (voir la brève du 23/7/16) ou encore celui d’Orléans.

« Collection Motais de Narbonne : Peintures françaises et italiennes des XVIIe et XVIIIe siècle » du 22 février 2019 au 2 juin 2019
Fondation Bemberg, Hôtel d’Assézat, Place d’Assézat 31000 Toulouse. Tél : 05.61.12.06.89 Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, jusqu’à 20h30 le jeudi. Tarif : 10 € - Tarif réduit : 8 €

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.