Contenu abonnés

Joseph-Benoît Suvée (1743-1807). De Bruges à Rome, un peintre face à David

Didier Rykner 2 2 commentaires

Tours, Musée des Beaux-Arts, du 21 octobre 2017 au 22 janvier 2018.

1. Joseph-Benoît Suvée (1743-1807)
Le Combat de Minerve contre Mars, 1771
Huile sur toile - 35 x 29 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Après François-André Vincent (voir notre article), un nouveau peintre de la même époque, Joseph-Benoît Suvée, fait à la fois l’objet d’un catalogue raisonné publié par Arthena, et d’une exposition au Musée des Beaux-Arts de Tours. Il n’y aura cependant pas, cette fois-ci, de seconde étape au Musée Fabre à Montpellier ni ailleurs, et c’est bien dans la cité ligérienne qu’il fallait se rendre pour admirer les œuvres de cet artiste. Nous regrettons de ne publier cet article qu’aujourd’hui, et d’une manière forcément incomplète : nous voulions d’abord lire le livre dont les auteurs sont aussi les commissaires de l’exposition afin d’être plus complet sur celle-ci. Nous n’en avons pas eu le temps, et il ne reste que quelques jours pour aller voir l’exposition…

Nos amis belges peuvent avoir des regrets. Car avant d’être français d’adoption, Suvée est d’abord belge, né et formé à Bruges, et cette ville à manqué l’occasion de lui rendre également hommages. Une exposition Suvée avait eu lieu en 2008 (voir l’article) mais elle était petite, fort médiocre, et elle ne rendait aucunement hommage au talent de l’artiste. Celle de Tours au contraire est une pleine réussite.

Belge né à Bruges, il ne pouvait concourir au Prix de Rome. Une erreur, volontaire et sans doute faite avec l’accord de l’Académie, remplaça dans les registres le nom de sa ville d’origine par Armentières et permit à l’élève de Jean-Jacques Bachelier de concourir. Son premier essai est montré dans la premières salle. L’œuvre est belle, mais elle ne méritait sans doute pas la récompense suprême. Ce n’est qu’à sa cinquième tentative qu’il obtint le droit de gagner Rome grâce au Premier Prix. Il obtint celui-ci contre Jacques-Louis David qui lui en garda une rancune tenace et alla jusqu’à dénoncer pendant la Terreur, ce qui lui…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.