Inutile et dangereux : le confinement de Notre-Dame est une idée absurde

L’hystérie collective qui s’est emparé ces derniers jours d’une partie des médias et de la population à propos des risques que ferait courir le plomb du toit de la cathédrale Notre-Dame est due à deux phénomènes concomitants. Le premier : une propension systématique des politiques à nier la réalité. Et le second, résultat direct du premier, la volonté devant le constat d’en avoir fait trop peu d’en faire soudain beaucoup trop et d’exagérer les choses, au risque de prendre des décisions absurdes qui pourraient avoir des conséquences désastreuses.


Capture écran d’un reportage de France 3 avec
un schéma de Notre-Dame entièrement sous cloche...
Voir l´image dans sa page

S’il fallait se préoccuper d’une éventuelle contamination des écoles et des environs de la cathédrale, c’était bien dans les jours qui ont suivi l’incendie. Or - et nous pouvons en témoigner car nous avons assisté à une réunion d’information le 14 mai à la Mairie du IVe arrondissement - le message était simple : il n’y avait selon les officiels absolument aucun risque dû au plomb car toutes les précautions avaient été prises. Le message est à peu près le même aujourd’hui du côté de la Mairie de Paris, mais on apprend tout de même dans cet article du Figaro que « le parvis de Notre-Dame, les rues et les écoles alentour seront débarrassés des particules de plomb au début du mois de septembre au plus tard ». Il y a évidemment une complète antinomie entre ces deux réactions : soit les écoles et les rues étaient propres en mai, et il n’y a aucune raison de nettoyer à nouveau, soit la mairie a caché la vérité et il est nécessaire de procéder enfin à un véritable nettoyage, qui survient trop tard puisque entre l’incendie et les vacances, les écoles auraient donc été contaminées pendant près de deux mois et demi alors que les enfants s’y trouvaient.

S’il y a eu fautes - ce que la justice devra sans doute déterminer - elles ont donc été commises il y a déjà maintenant quelques semaines. En revanche, cela ne justifie pas les gesticulations insensées auxquelles nous assistons actuellement, sans que jamais la voix du bon sens ne puisse se faire entendre. Il faudrait selon certains « confiner » entièrement Notre-Dame pour éviter tout danger. C’est totalement stupide et nous avons pu contacter plusieurs personnes exerçant des responsabilités sur ce chantier qui nous l’ont confirmé (même si nous ne pouvons, pour des raisons évidentes, donner leurs noms, sachant qu’elles n’ont pas le droit de communiquer). Les raisons sont simples et multiples.

- d’abord, elle n’est plus « source de pollution » pour l’extérieur et elle ne recrache évidemment pas le plomb qu’elle contient dans l’atmosphère autour d’elle ! Une grande partie du monument est clos, sauf en hauteur ; or les poussières de plomb sont lourdes et celles qui ne se sont pas envolées depuis longtemps ne vont pas se disperser maintenant sur Paris d’un coup de baguette magique !

- ensuite, en supposant qu’il soit vraiment nécessaire de confiner le monument en l’isolant complètement (ce qui n’est donc pas le cas), nous aimerions savoir comment assurer l’étanchéité d’une architecture dont une partie de la voûte est (à la croisée du transept) percée et encombrée d’un échafaudage qu’il va bien falloir commencer à enlever car il constitue toujours une menace...

- actuellement, on ne peut toujours pas aller vérifier la solidité des voûtes pour en faire le diagnostic ; comment pourrait-on ainsi boucher les voûtes en partie crevées ou même les baies hautes ?

Non seulement il est inutile de confiner la cathédrale, mais cela lui ferait courir un risque très grave :

- le temps que l’on perd actuellement en atermoiements retarde la fin de la sécurisation du monument, ce qui fait durer plus que nécessaire le risque, pas complètement éliminé, d’un écroulement des voûtes ;

- confiner totalement le monument (en imaginant que cela soit nécessaire et que cela soit possible), c’est-à-dire en bouchant de manière hermétique toutes ses issues, augmenterait énormément sa prise au vent et multiplierait les risques d’écroulement avant qu’il ait pu être réellement sécurisé ;

- imaginer - c’est l’option envisagée par certains - que l’on pourrait construire une énorme enveloppe qui isolerait entièrement le monument (en le mettant sous une espèce de bulle - ill.) est une stupidité totale. Installer un confinement complet de l’édifice (en supposant que cela soit nécessaire, et nous avons vu que cela ne l’est pas) prendrait des mois voire davantage [1], retardant d’autant la suite de la sécurisation de la cathédrale et mettant ainsi la pérennité du monument en péril ; on n’ose, par ailleurs, imaginer le coût d’une telle opération.

Tout cela est totalement absurde. Et d’autant plus absurde que nous avons eu confirmation que les taux de plomb dans le sang mesurés sur les personnes travaillant quotidiennement sur le chantier ne présentent aucun caractère inquiétant. Seuls deux ou trois restaurateurs de vitraux ont des plombémie un peu trop élevée, mais rien ne prouve que cela vienne de ce chantier et non de leur activité précédente qui réclame, plus que pour d’autres métiers, des précautions strictes compte-tenu du rôle du rôle du plomb dans les vitraux. C’est oublier par ailleurs que si le plomb est encore largement présent dans notre environnement parisien (sans qu’il y ait eu besoin pour cela d’incendie à Notre-Dame), il l’était encore bien davantage il y a quelques dizaines d’années : quand l’essence était au plomb, ou quand la plupart des canalisations d’eau étaient faites avec ce métal.

Le plomb est incontestablement dangereux pour la santé, notamment pour les enfants et les femmes enceintes même si son lien évident avec le cancer n’a jamais été démontré [2]. C’est pour cela que le véritable scandale, largement révélé par Mediapart, concerne l’information et les mesures insuffisantes prises immédiatement après l’incendie. Vouloir les réparer par un confinement de Notre-Dame ne serait pas seulement inutile, ce serait criminel pour la sauvegarde de ce monument : toutes les personnes contactées nous ont affirmé que l’on était en train de perdre inutilement un temps précieux pour sa restauration.

Nous avons souhaité contacter la CGT pour comprendre pourquoi ils étaient parmi les plus virulents à demander un tel confinement. Leur réponse nous a paru beaucoup plus modérée que ce qu’ils avaient pu dire ici ou là. En particulier, ils ont apparemment compris qu’un confinement extérieur, « une très grande tente avec une structure métallique et autour une bâche en plastique pour assurer l’étanchéité » comme ils l’envisageaient hier (voir cette vidéo), est évidemment impossible à réaliser. L’interlocuteur de la CGT Préfecture de police, qui nous a dit parler en son nom et en celui de la CGT Paris, nous a dit demander simplement que, lorsque le dépoussiérage intérieur sera mis en œuvre (après donc la sécurisation de l’édifice), un système de confinement intérieur (fort différent donc de ce qu’ils préconisaient) puisse être mise en œuvre. Nous ne pouvons dire si cela est ou non nécessaire, mais un tel procédé, à l’intérieur de la cathédrale, limité dans son volume et qui ne retarderait pas les opérations de sécurisation nous semble une demande déjà beaucoup plus raisonnable. Comme l’est d’ailleurs celle que le chantier respecte les normes de sécurité nécessaires pour de tels travaux qui, répétons-le, n’ont pour l’instant entrainé aucune conséquence pour les personnes travaillant dans la cathédrale.

L’urgence, on ne le répétera jamais assez, est bien pour ce qui concerne le chantier lui même, de sécuriser définitivement l’édifice afin de pouvoir atteindre les voûtes et de les stabiliser définitivement. Le plomb et les risques qu’il peut faire courir à l’intérieur de ce chantier sont l’affaire des spécialistes. Quant aux problèmes éventuels de santé publique qu’a posé l’incendie lui même, c’est une autre affaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.