Grave menace sur le pont médiéval de Tournai

Didier Rykner

21/1/19 - Patrimoine - Tournai, Pont des Trous - À quoi sert la protection de l’UNESCO ? Il y a un peu plus de dix ans, nous nous interrogions à ce sujet à propos d’un projet de construction d’une tour à Tournai (voir la brève du 23/11/08), à proximité immédiate de la cathédrale, qui aurait abouti au déclassement de cet édifice de la liste du patrimoine mondial. Fort heureusement, la levée de bouclier à laquelle ce projet a donné lieu en a eu raison, et la tour n’a pas été construite.


1. Pont des Trous de Tournai
avant la Seconde guerre mondiale
(côté nord-ouest avec vue sur la cathédrale)
Carte postale ancienne
Voir l´image dans sa page
2. Pont des Trous de Tournai
état actuel après la reconstruction
de l’arche centrale détruite pendant
la Seconde guerre mondiale
(côté nord-ouest avec vue sur la cathédrale)
Photo : Jean-Pol Grandmont (CC BY-2.5)
Voir l´image dans sa page

Mais il faut faire confiance aux édiles municipaux, et manifestement à ceux de Tournai, pour aller toujours plus loin dans les projets destructeurs. C’est ainsi que nous entendons parler depuis quelque temps d’un vandalisme insensé qui consisterait à remplacer les arches médiévales du pont des Trous de Tournai, pour faire passer des péniches de gros tonnage. Certes, après le dynamitage pendant la Seconde guerre mondiale de l’arche centrale, la configuration du pont a été légèrement modifiée (les arches intactes ont été surélevées par un système de vérins hydrauliques qui fut à l’époque une grande première sur le plan technique, et l’arche centrale fut reconstruite un peu plus haute et un peu plus large). Mais il suffit de comparer des photos avant la guerre (ill. 1) et après la reconstruction (ill. 2) pour constater que celle-ci avait somme toute été parfaitement fidèle au dessin d’origine.


3. Pont des Trous de Tournai
(côté sud-est)
Vue actuelle
Photo tirée d’une vidéo sur la page
Facebook des opposants au projet
Voir l´image dans sa page
4. Projet de l’architecte Olivier Bastin
pour remplacer les arches médiévales
du pont des Trous de Tournai
© L’Escaut Architectures
Voir l´image dans sa page

Le projet de la ville, avec la complicité des autorités Wallones, détruit complètement la structure actuelle du pont pour la remplacer par une espèce de résille, beaucoup plus haute et particulièrement inélégante (ill. 3 et 4). Peu importe d’ailleurs, que l’on trouve cela beau ou pas : il s’agit bien de détruire un pont médiéval, dans une ville historique classée au patrimoine mondial, dans le but unique de gagner davantage d’argent. Ce pont est par ailleurs entièrement classé depuis 1991 et se trouve dans le périmètre du classement UNESCO du beffroi.

Saisie du dossier, ICOMOS, organisation non gouvernementale qui œuvre pour la conservation des monuments et des sites dans le monde, et qui est désignée comme organisation consultative du Comité du patrimoine mondial pour évaluer les biens culturels proposés pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondial, a demandé un moratoire de ce projet jusque fin 2019. La lettre envoyée au ministre en charge du patrimoine de Wallonie demande de pouvoir en évaluer mieux les conséquences. Très diplomate, elle témoigne des précautions prises par les organismes internationaux qui ne veulent pas s’opposer de front aux vandales, ce qui est bien dommage. Il n’est même pas nécessaire d’évaluer l’impact de ce projet sur les deux monuments classés au patrimoine mondial (la cathédrale et le beffroi) pour comprendre que celui-ci est monstrueux.

Non seulement le pont des Trous risque d’être détruit (ce que la guerre n’aura finalement pas réussi à faire jusqu’au bout) mais il pourrait mettre en danger le classement au patrimoine mondial d’une partie de la ville : les autorités Wallonnes n’ont en effet donné aucune suite tangible à la demande de l’ICOMOS qui a actionné la procédure auprès de l’UNESCO pour retirer le beffroi et la cathédrale de la liste du patrimoine mondial. Quand on voit le peu d’intérêt de la municipalité pour son patrimoine, cela serait évidemment porteur de nouvelles menaces.
Une pétition est en ligne, qu’il est urgent de signer et de faire largement circuler pour montrer à nos amis belges que les Français sont avec eux dans ce combat patrimonial.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.