Géricault mourant par Champmartin pour le Musée des Beaux-Arts de Rouen

Didier Rykner

7/3/19 - Acquisition - Rouen, Musée des Beaux-Arts - Le 2 mars dernier, le Musée des Beaux-Arts de Rouen a acheté [1] à Amiens chez Arcadia Enchères, pour 7 000 € seulement (sans les frais), ce qui correspondait à l’estimation basse, un Portrait de Géricault mourant peint par son ami Charles-Émile Callande de Champmartin (ill. 1).


1. Charles-Émile Callande de Champmartin (1797-1883)
Portrait de Géricault mourant, 1824
Huile sur toile - 46,3 x 37,8 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Arcadia Enchères
Voir l´image dans sa page

L’image, qui montre l’artiste décharné, couvert d’un drap comme déjà dans son linceul, est saisissante. Elle rappelle les têtes de cadavre que Géricault peignait lui-même, notamment pour préparer le Radeau de la Méduse, et dont plusieurs étaient exposées à la petite rétrospective qu’avais présentée le Musée Roger-Quilliot de Clermont-Ferrand autour du radeau de la Méduse (voir l’article), déjà aux côtés d’autres œuvres de Callande de Champmartin.
L’Art Institute de Chicago conserve une tête de ce type par Géricault (ill. 2), mais aussi un portrait de Géricault mort également par Callande de Champmartin (ill. 3) dont une autre version était présentée à l’exposition de Clermont-Ferrand.


2. Théodore Géricault (1791-1824)
Tête d’homme guillotiné, 1818-19
Huile sur toile - 41 x 38 cm
Chicago, The Art Institute
Photo : The Art Institute
Voir l´image dans sa page
3. Charles-Émile Callande
de Champmartin (1797-1883)
Géricault sur son lit de mort, 1824
Huile sur toile - 45,6 × 55,6 cm
Chicago, The Art Institute
Photo : The Art Institute
Voir l´image dans sa page

La mort de Géricault, due à une chute de cheval, après une longue agonie et à l’âge de seulement 32 ans, fut un choc pour beaucoup d’artistes comme en témoigne aussi le tableau qu’Ary Scheffer réalisa de la scène (ill. 4) dont il existe plusieurs répliques, par exemple au Musée de la Vie Romantique. On reconnaît bien la figure du peintre avec sa barbe que l’on retrouve dans le nouveau tableau du Musée de Rouen, tandis que Dedreux-Dorcy, autre artiste proche de Géricault, est accablé de douleur sur sa chaise.


4. Ary Scheffer (1795-1858)
La Mort de Géricault, 1824
Huile sur toile - 30 x 40 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Wikimedia (domaine public)
Voir l´image dans sa page
5. Alexandre Corréard (1788-1857)
Géricault mourant, 1824
Huile sur toile
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMNGP/P. Bernard
Voir l´image dans sa page

Le Musée des Beaux-Arts de Rouen conserve une importante collection d’œuvres de Géricault, mais aussi un autre portrait de Géricault mourant par Alexandre Corréard (ill. 5), ainsi que son masque mortuaire tiré en bronze. La cour intérieur du musée abrite également la maquette grandeur nature en plâtre du tombeau de Géricault par Antoine Étex, qui se trouve au Père Lachaise, faisant de ce musée une sorte de cénotaphe du maître du romantisme.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.