Contenu abonnés

Un cycle décoratif de Walter Crane pour le musée des Beaux-Arts de Rouen

15/11/19 - Acquisition et souscription - Rouen, Musée des Beaux-Arts - Les Vikings feraient-ils leur retour en Normandie ? C’est en tout cas ce que semble suggérer l’acquisition - pour ne pas dire le sauvetage - par le Musée des Beaux-Arts de Rouen d’un passionnant ensemble de sept toiles qui composaient une frise exécutée en 1883 par l’artiste anglais Walter Crane pour la résidence d’été de la plus riche célibataire des États-Unis. Acquis de gré à gré [1] auprès de la maison De Baecque, qui avait proposé le cycle décoratif aux enchères à Lyon en juin 2017, ces peintures ont donc enfin trouvé un asile définitif après avoir été retirées de leur emplacement d’origine et vendues une première fois aux enchères chez Christie’s à New-York en 1987.

1. Alexandre Cabanel (1823-1899)
Portrait de Catharine Lorillard Wolfe, 1876
Huile sur toile - 171,5 x 108,6 cm
New-York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page

Catharine Lorillard Wolfe (1828-1887) est l’une de ces figures de richissimes philanthropes américaines emblématiques du Gilded Age. Fille de John David Wolfe, fondateur d’une prospère entreprise de quincaillerie à New-York, et de Dorothea Lorillard, héritière d’un empire du tabac, elle hérita d’une fortune considérable à la mort de son père en 1872. Suivant l’exemple paternel, Miss Lorillard Wolfe (ill. 1) choisit également de faire bénéficier la communauté de ses largesses et légua à sa mort en 1889 sa très importante collection d’art moderne au Metropolitan Museum of Art de New York, assortissant ce don d’une considérable dotation financière. Le Wolfe Fund a permis au musée d’acquérir de nombreux chefs-d’œuvre, comme La Mort de Socrate de Jacques Louis David ou le Portrait de Madame Charpentier avec ses enfants par Auguste Renoir. Catharine Lorillard Wolfe commanda en 1882 un manoir à Newport dans le Rhode Island, une station balnéaire que venaient de mettre à la mode les grandes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.