Un portrait d’Apollinaire par Marie Laurencin pour l’Orangerie

1. Marie Laurencin (1883-1956)
Portrait de Guillaume Apollinaire, 1908-1909
Huile sur carton - 28,2 x 20,3 cm
Musée de l’Orangerie
Photo : Fondation Foujita / Adagp, Paris, 2019
Voir l´image dans sa page

16/11/19 - Acquisition - Paris, Musée de l’Orangerie - Le Musée de l’Orangerie a acheté une petite huile sur carton (ill. 1) de Marie Laurencin pour 35 100 € (frais inclus) lors de la vente de la collection Geneviève et Jean-Paul Kahn proposée par Pierre Bergé & Associés à Drouot le 7 novembre. Ce Portrait de Guillaume Apollinaire vient enrichir l’ensemble de cinq œuvres de l’artiste déjà conservé par le musée dans la collection Walter-Guillaume (dont les salles de présentation sont fermées pour rénovation jusqu’en avril prochain). Illustration du lien passionnel qui anima Marie Laurencin et Guillaume Apollinaire de 1907 à 1912 [1], il rappelle également la figure tutélaire que fut le poète pour le jeune marchand Paul Guillaume au début des années 1910 (leur riche correspondance a été publiée en 2016 par les éditions Gallimard et le Musée de l’Orangerie).

Réalisé vers 1908-1909, ce portrait est très différent des cinq toiles postérieures qu’il rejoint. Acquises en 1963 par la Réunion des Musées nationaux auprès de Domenica Walter (née Juliette Lacaze, veuve de Paul Guillaume puis épouse de Jean Walter), elles datent des années 1920 qui marquent le retour de Marie Laurencin à Paris. Mariée au peintre allemand Otto von Wätjen, elle dut s’exhiler en Espagne, en Suisse et en Allemagne durant la Première Guerre Mondiale. Elles illustrent le style nouveau de l’artiste peuplé de figures féminines élancées et ondoyantes dans des tonalités froides de blanc, vert, bleu et gris tout juste réchauffées de rose. L’effigie d’Apollinaire peinte dans des coloris sourds et une grande simplification géométrique des traits est, elle, empreinte du cubisme de la première période. Elle est à rapprocher de deux grands portraits de groupe de réalisés par Marie Laurencin en 1908 et en 1909 : le Groupe d’artistes du Baltimore Museum of Art (ill. 2) et Apollinaire et ses amis conservé par le Centre Pompidou - Musée national d’art moderne (ill. 3).


2. Marie Laurencin (1883-1956)
Groupe d’artistes, 1908
Huile sur toile - 65.1 x 81 cm
Baltimore, Baltimore Museum of Art
Photo : The Cone Collection, Baltimore Museum of Art
Voir l´image dans sa page
3. Marie Laurencin (1883-1956)
Apollinaire et ses amis, 1909
Huile sur toile - 130 x 194 cm
Paris, Centre Pompidou, Mnam
Photo : Jean-Claude Planchet - Centre Pompidou, MNAM/RMN-GP
Voir l´image dans sa page

Si elle n’est pas strictement préparatoire, l’huile sur carton semble anticiper les deux grandes compositions construites autour de la figure centrale d’Apollinaire. La première met en scène les couples formés par Apollinaire et Marie Laurencin et Pablo Picasso et Fernande Olivier. La seconde leur adjoint, à gauche, la collectionneuse Gertrude Stein et une femme couronnée de fruits non identifiée (et Fricka la chienne de Picasso), et, à droite, les poètes Marguerite Gillot et Maurice Cremnitz, plus connu sous son nom de plume Maurice Chevrier. D’autres études préparatoires ou parallèles sont connues pour cette composition : un portrait de Picasso de 1908 conservé par le musée japonais Marie Laurencin de Tateshina ou les deux dessins d’ensemble réalisés en 1909 du même musée japonais Marie Laurencin et du Centre Pompidou.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.