Contenu abonnés

Deux tableaux de Monanteuil entrent au Musée Girodet et au Louvre

31/3/22 - Acquisitions - Louvre et Musée Girodet - On connaît son visage, mais on a oublié son œuvre. Monanteuil, qui se forma à l’art de la peinture auprès de Girodet, posa aussi pour lui. La légende veut qu’il prêtât ses traits au beau Chactas étreignant Atala dans le célèbre tableau de l’artiste inspiré du roman de Chateaubriand. Il apparaîtrait aussi en paysan avec son épouse à gauche de la composition illustrant Napoléon recevant les clefs de Vienne.
Mais Jean-Jacques Monanteuil est surtout un artiste dont l’œuvre mérite de sortir de l’oubli. Né à Mortagne-au-Perche en 1785, il se forma d’abord à Alençon, à l’École centrale de l’Orne et auprès du peintre Jacques-Nicolas Frainais d’Albert, avant de se rendre à Paris vers 1800. Il entra dans l’atelier de Girodet où il resta jusqu’à la mort de celui-ci en 1824, devenant son principal assistant. Il était chargé de transposer les esquisses sur la toile, de répliquer certaines compositions, soit au dessin, pour des lithographies, soit à l’huile, comme Le Déluge qu’on avait pu admirer dans l’exposition « Tempêtes et naufrages » du Musée de la Vie romantique. Il participa en outre au décor du palais de Compiègne. Jacques‐Louis David, Pierre‐Narcisse Guérin et Antoine‐Jean Gros lui confièrent à leur tour la tâche de répliquer certaines de leurs œuvres.


1. Jean-Jacques Monanteuil (1785-1860)
Oscar et Malvina, vers 1824-26
Huile sur papier marouflé sur toile - 23,8 x 20,4 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page

Un petit tableau de cette veine (ill. 1), tellement proche de Girodet qu’il passa longtemps pour une œuvre de celui-ci, a récemment été offert au musée de Montargis par Alice Goldet qui l’avait acheté dans cette intention à la galerie La Nouvelle Athènes. Il s’agit d’une composition ossianesque, représentant Oscar et Malvina, à la provenance prestigieuse puisqu’il était autrefois dans la collection His de la Salle, l’un des grands…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.