Contenu abonnés

Deux dessins de Seurat offerts au Musée d’Orsay

1. Georges Seurat (1859-1891)
Le Cirque, 1891
Huile sur toile - 186,2 x 152 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : RMN-GP/P. Schmidt
Voir l´image dans sa page

21/3/22 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - Quelques semaines à peine après la fermeture de la superbe exposition Signac collectionneur (voir l’article) où Georges Seurat bénéficiait d’une véritable mini-rétrospective, le Musée d’Orsay vient d’annoncer une heureuse nouvelle : deux dessins de l’artiste rejoignent les collections nationales. Ces deux feuilles préparatoires au Cirque [1] n’avaient jamais quitté la famille Signac et ont été offertes par Charlotte Hellman, arrière-petite-fille du peintre et co-commissaire avec Marina Ferretti Bocquillon de l’exposition où elles étaient bien sûr présentées. Dernier tableau de Seurat mort à l’âge de 31 ans le 29 mars 1891, Le Cirque (ill. 1) était accroché aux cimaises du Salon des Indépendants lorsque Seurat rendit son dernier souffle et fait ainsi figure de testament artistique aux yeux de son ami et de la critique. Lorsque la famille Seurat vendit en 1900 les œuvres restées dans l’atelier, Signac sut saisir l’occasion et acquit le tableau dont il ne se sépara qu’à regret. Conseillé par son ami Félix Fénéon, également exécuteur testamentaire de Seurat qui fut à l’honneur voici deux ans sur les cimaises du Musée de l’Orangerie (voir l’article), il accepta finalement la proposition d’un riche collectionneur américain, John Quinn, qui accepta une clause spécifique imposée par Signac : léguer le tableau au Musée du Louvre à sa mort. Dès le début du XXe siècle, la plupart des grands formats de Seurat avaient en effet quitté la France et c’est ainsi grâce à Signac que Le Cirque a pu gagner les collections nationales.


2. Georges Seurat (1859-1891)
L’Écuyère, 1890-1891
Crayon Conté sur papier - 30 x 30 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Sophie Crépy
Voir l´image dans sa page

La vente du tableau obéissait à une nécessité familiale,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.