Contenu abonnés

Deux sculptures de l’ancienne cathédrale d’Arras, « trésor national » en vente chez Christie’s New York

2 2 commentaires
Flandres, 1517
Saint Joseph et un donateur et Melchior
Albâtre - H. 63 cm
Vente Christie’s New York 19 avril 2018
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Le ministère de la Culture veut faire « circuler » des œuvres d’art « iconiques » dans les provinces françaises, particulièrement dans de soi-disant « zone blanches » qu’il considère comme des déserts culturels. Nous avons déjà dénoncé l’aspect méprisant de ce projet qui témoigne par ailleurs d’une ignorance abyssale de la richesse patrimoniale de la France (voir notre article). Mais les deux sculptures qui vont être vendues à New York par Christie’s dans quelques jours témoignent d’une autre manière de la totale absurdité de la politique patrimoniale publique.

Résumons les faits. Le 8 mars 2014, le Journal Officiel publie un arrêté refusant le certificat d’exportation de deux statuettes en albâtre « datant probablement du XVIe siècle » et provenant de l’autel de la Manne, dit aussi autel « des reliques » de la cathédrale d’Arras, situé dans la chapelle axiale de l’ancienne cathédrale, aujourd’hui entièrement disparue. En 1791, un inventaire du Mobilier de Notre Dame répertorie « sept effigies en albâtre représentant l’Adoration des Mages » dont font partie ces deux figures, celle de saint Joseph et celle de Melchior. Les sept statues se trouvaient dans les niches de l’autel. Outre celles-ci, quatre autres (Gaspard, Balthazar, David and Isaïe) sont aujourd’hui conservées au Musée des Beaux-Arts d’Arras, à l’exception de la septième, celle de la Vierge Marie, qui est aujourd’hui encore perdue.

Le classement « trésor national » s’imposait donc, comme s’imposait aussi son achat par le Musée des Beaux-Arts d’Arras. Que ces deux œuvres n’aient pu finalement être acquises est un scandale patrimonial majeur - un de plus - qui met en cause gravement la responsabilité de la ville d’Arras, mais également celle du ministère de la Culture.
Nous avons interrogé ce dernier qui nous a fait la réponse suivante :…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.