Contenu abonnés

Arles : Françoise Nyssen décidément très « négligente »

1 1 commentaire
Vue sur le secteur sauvegardé d’Arles
de l’autre côté du Rhône
Photo : Steffen Heilfort (CC BY-SA 3.0)
Voir l´image dans sa page

Françoise Nyssen est désarmante de naïveté. Au mieux. Elle vient enfin de s’exprimer [1] sur l’affaire des travaux non autorisés d’Arles que le Canard Enchaîné a révélée il y a deux semaines (voir notre article) et sur lesquels il est revenu la semaine dernière. Dans une interview accordée à La Provence, elle explique en effet que « ce n’est pas une question politique et [que] cela ne [la] concerne pas directement ». Elle « regrette cette négligence », soutient que « les démarches ont été accomplies dans les règles mais avec un délai d’un an qui a valu infraction », et ajoute : « depuis plusieurs années, Jean-Paul Capitani a lancé la régularisation des travaux du Méjan en lien avec la mairie ».

On ne sait quoi dire devant une telle succession de contre-vérités. Examinons chacune de ces affirmations.

- Ce « n’est pas une question politique » ? Une ministre en charge de faire respecter le code du patrimoine a violé à plusieurs reprises ce même code pendant des années avant qu’elle n’entre au gouvernement ; chacun pourra juger si ce n’est pas une question politique.

- Cela « ne la concerne pas directement » ? Rappelons qu’avant d’être nommée ministre, elle était présidente du directoire d’Actes Sud ; que l’entreprise occupe un ensemble d’immeubles à Arles situés en secteur sauvegardé ; que ces immeubles appartiennent à la SCI de son mari Jean-Paul Capitani ; que des travaux irréguliers ont été effectués sur ces immeubles pendant la période où elle était en charge d’Actes Sud et où Jean-Paul Capitani était directeur de développement du groupe Actes Sud. Comment pourrait-elle ne pas être directement concernée ? On s’interroge.

- Elle « regrette cette négligence » ? Ce n’est pas « une négligence », ce sont des négligences multiples et à répétition. Nous ne parlerons pas ici des questions de sécurité qu’a aussi révélées…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Documents joints

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.