Contenu abonnés

Actualité de Brou (1) : autour de Marguerite de Bourgogne

20/2/20 - Restaurations, dépôts, muséographie - Bourg-en-Bresse, Monastère royal de Brou - Cas unique en France de monument cogéré par une collectivité locale - la Ville de Bourg-en-Bresse - et l’État, via le Centre des monuments nationaux, le Monastère royal de Brou affiche depuis plusieurs années un dynamisme enthousiasmant tant pour l’église qui abrite les célèbres tombeaux princiers que pour son musée établi dans les bâtiments conventuels. En suivant le fil rouge du nouveau parcours du musée, qui part de l’église, nous traiterons de son actualité dans cinq brèves successives.

Au sein de l’église, si le chantier des clefs de voûte (voir brève du 7/5/19) semble malheureusement au point mort, les trois tombeaux de Marguerite de Bourbon, Philibert le Beau et Marguerite d’Autriche ont été restaurés avec soin et équipés de nouvelles mises à distance. Sur celui du duc de Savoie, la malheureuse Sibylle de Cumes avait perdu sa tête (ill. 1) depuis le XIXe siècle mais celle-ci avait pu être identifiée... dans les réserves du musée de Saint-Omer. Un transfert de propriété lui a permis de retrouver sa place (ill. 2) en janvier 2019. La petite statue d’albâtre exécutée par des artistes flamands envoyés en Bresse par Marguerite d’Autriche veille donc à nouveau sur le corps de son défunt mari mais d’autres têtes de sibylles manquent encore à l’appel. Espérons qu’elles puissent un jour refaire surface et retrouver leur emplacement.


1. La statue acéphale de la Sibylle de Cumes du tombeau de Philibert le Beau
Photo : Monastère royal de Brou
Voir l´image dans sa page
2. La Sibylle de Cumes du tombeau de Philibert le Beau en cours de restauration grâce au retour de la tête venue de Saint-Omer
Photo : Monastère royal de Brou
Voir l´image dans sa page

Lors du réaménagement du chœur de l’église, un opportun dépôt du Louvre (voir la brève du 12/4/19) avait déjà permis à saint Augustin de récupérer son chef, légué aux musées nationaux en…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.